Les « Montagne Sainte-Victoire » du plateau de Valcros et les collines de l’est d’Aix-en-Provence – IV (FWN257-R608, RW283)

Les « Montagne Sainte-Victoire » du plateau de Valcros et les collines de l’est d’Aix-en-Provence – IV (FWN257-R608, RW283)

François Chédeville

Les « Montagne Sainte-Victoire » du plateau de Valcros et les collines de l’est d’Aix-en-Provence – IV (FWN257-R608, RW283)

(Cliquer sur les images pour les voir en vraie grandeur)

Localisation de La Montagne Sainte-Victoire FWN257-R608

Poursuivant notre déplacement vers le nord, le point P se déplace à nouveau vers la droite, à l’aplomb de l’ondulation qui marque le milieu de la crête séparant la Croix de Provence du Signal. Noter que l’axe du tableau se confond ici avec la verticale issue de la Croix de Provence, Cezanne ayant orienté son regard davantage vers la gauche que sur le tableau précédent (FWN258-R631) où l’axe se confondait avec la verticale issue du Signal :

Fig. 40. R608 La Montagne Sainte-Victoire c88

Fig. 40. FWN257-R608 La Montagne Sainte-Victoire c88

La zone de recherche se rétrécit un peu maintenant que R631 est placé :

Fig. 41. R608 Zone de de recherche

Fig. 41. FWN257-R608 Zone de de recherche

Compte tenu de l’éloignement et du niveau assez bas du premier plan du tableau, on peut considérer que Cezanne se tient en hauteur par rapport à celui-ci, donc vraisemblablement sur une des hauteurs du plateau (dans la partie gauche de la zone de recherche).

Comme précédemment, en reportant la droite qui joint le Signal au point P sur une carte IGN, on obtient l’axe sur lequel se situe Cezanne :

Fig. 42. R608 Axe de recherche

Fig. 42. FWN257-R608 Axe de recherche

L’agrandissement de l’axe de recherche sur Valcros aboutit à son extrémité au chemin menant à Bellevue :

Fig. 43. R608 Axe de recherche sur Valcros

Fig. 43. FWN257-R608 Axe de recherche sur Valcros

Une vue 3D globale nous permet de vérifier que c’est bien, ici aussi, la maison 1222 qui figure au coin gauche du tableau, avec les deux vastes champs qui la précèdent, séparés par le chemin des Aubépines, d’où trois hypothèses de placement possibles pour Cezanne sur l’axe de recherche reliant le Signal au point P, compte tenu du relief qui impose de dominer le champ le plus proche :

Fig. 44. R608 Trois hypothèses

Fig. 44. FWN257-R608 Trois hypothèses

L’Hypothèse 1 (Cezanne sur le chemin de Bellevue) doit être écartée, car sa cote est la même que celle de La Constance, le champ plat les séparant lui interdisant de dominer les champs situés devant la maison 1222 :

Fig. 45. R608 Hypothèse 1 vue par Google earth au niveau du sol

Fig. 45. FWN257-R608 Hypothèse 1 vue par Google earth au niveau du sol

L’hypothèse 2 suppose que Cezanne s’est installé sur la terrasse de gauche de La Constance : ses relations avec les propriétaires de ce domaine pouvaient-elles le permettre ? C’est possible, quoique cela impliquait que Cezanne accepte d’être éventuellement observé par les habitants de la maison vaquant à leurs occupations, ce qui n’était pas dans son caractère.

En outre, dans ce cas, la maison 1222 semble être légèrement décalée à droite par rapport au plateau d’Untinos si on compare sa position avec celle du tableau :

Fig. 46 R608 Hypothèse 2

Fig. 46 FWN257-R608 Hypothèse 2

Fig. 47 R608 Hypothèse 2 vue par Google earth au niveau du sol

Fig. 47 FWN257-R608 Hypothèse 2 vue par Google earth au niveau du sol

L’hypothèse 3 rapproche Cezanne de son sujet :

Fig. 48. R608 Hypothèse 3

Fig. 48. FWN257-R608 Hypothèse 3

Cette hypothèse nous semble plus satisfaisante parce qu’elle explique davantage la taille de la maison 1222 ainsi que celle des champs telle que représentée sur le tableau. L’écart avec le plateau d’Untinos se creuse un peu, certes, mais cela n’est pas forcément significatif puisque dans tous les cas il y a écart, donc soit choix de Cezanne de recentrer un peu la maison pour « habiller » mieux le coin droit de la toile, vu le cadrage serré qu’il a choisi pour représenter la montagne, soit distorsions liées à Google earth qui traite de manière assez floue les lointains (par exemple en ne représentant pas la falaise qui borde l’oppidum).

Une vérification sur photos aériennes anciennes montre qu’il n’y avait pas d’obstacles visuels dûs à la végétation dans les années 1940, ce qui laisse supposer qu’il n’y en avait pas non plus du temps de Cezanne, comme nous l’avons déjà souligné plusieurs fois :

Fig. 49. R608 Hypothèse 3 - Photo aérienne 1949

Fig. 49. FWN257-R608 Hypothèse 3 – Photo aérienne 1949

Dès lors, si on considère la réalité du site aujourd’hui, on peut y repérer plusieurs éléments que l’on retrouve sur le tableau :

Fig. 50. R608 Les éléments du tableau dans la réalité (logiciel Plan)

Fig. 50. FWN257-R608 Les éléments du tableau dans la réalité (logiciel Plan)

Fig. 51. R608 La Montagne Sainte-Victoire interprété

Fig. 51. FWN257-R608 La Montagne Sainte-Victoire interprété

La localisation du tableau peut donc être considérée comme acquise.

Inutile ici de s’appesantir sur l’exactitude de la représentation des collines, déjà indiquées sur la fig. 40 et qui vient en renfort de cette localisation.

Notons aussi qu’une aquarelle (préparatoire à ce tableau ?) de la même année en reprend les éléments à partir du même point de vue :

Fig. 52. RW283 La Montagne Sainte-Victoire c88

Fig. 52. RW283 La Montagne Sainte-Victoire c88

Recherche avancée

recherche par catégorie

Contact

Société Paul Cezanne

Route Cezanne 13100 Aix en Provence

contact@societe-cezanne.fr

Catalogue Raisonné