Retour à la table des matières

Annexe III

Hommes et femmes dans l’œuvre globale

 

L’œuvre de Cezanne comporte un nombre de personnages considérable : femmes, petites filles, hommes et garçons. Certains de ces personnages sont nus, d’autres habillés. Certains sont représentés seuls, d’autres en groupes. La combinaison de ces différentes modalités mérite examen.

I – LES GRANDES MASSES

2550 œuvres comportent des humains, dont 28 paysages et 23 natures mortes.

Ces œuvres rassemblent 4377 humains.

  1. Présence comparée des hommes et des femmes dans l’œuvre globale

Les hommes sont présents dans 1533 œuvres (soit 60 % des œuvres), les femmes dans 964 (soit 38 %), les garçons dans 300 (soit 12 %), les fillettes dans 23 (moins de 1 %) :


fig-1

Fig. 1. Nombre d’œuvres par catégories et nombre de personnes correspondantes

Il est clair que Cezanne représente dans toute son œuvre beaucoup plus d’hommes que de femmes (3 hommes pour 2 femmes).

On retrouve le même déséquilibre entre les sexes encore plus accentué concernant les enfants – qui en soi intéressent peu Cezanne : si l’on extrait de la catégorie « garçons » les cas particuliers des 46 putti, des 24 Amours (de Vénus et Amour) et des 21 Amour en plâtre, puis les 172 images de Paul junior, restent 65 garçons proprement dits à comparer aux 26 fillettes présentes. Cezanne n’est absolument pas le peintre de l’enfance.

Le nombre de personnages par œuvre est en moyenne de 1,6 homme ou femme par œuvre où ils sont présents. Ce chiffre assez faible s’explique par le poids très dominant des représentations de personnages isolés par rapport à toutes les combinaisons de personnages, comme on le verra plus bas.

  1. Présence comparée des hommes et des femmes selon les thèmes

Bien entendu, selon les thèmes de la catégorie « humains », les équilibres hommes/femmes diffèrent :

fig-2
Fig. 2. Présence des hommes et des femmes dans les différents thèmes

Les femmes sont plus nombreuses dans un seul thème, celui des baigneurs/baigneuses. Hors ce thème et celui de la culture classique qui voit une part des hommes plus importante, la répartition des hommes et des femmes dans chaque thème est assez homogène.

Les thèmes se différencient également par le degré de « chargement » des œuvres en personnages :

fig-3
Fig. 3. Nombre moyen de personnages par œuvre selon les thèmes

Hors les portraits, les études de personnages sans identité particulière et les études de nus qui naturellement se limitent à 1 personnage par œuvre, on constate que le thème des baigneuses et baigneurs se distingue des autres : il est le plus « consommateur » en personnages, et surtout en femmes. C‘est donc celui où l’on trouve naturellement le plus grand nombre d’œuvre regroupant de nombreux personnages.

  1. Présence comparée des hommes et des femmes selon les médias

fig-4
Fig. 4. Nombre d’œuvres et de personnes selon les médias

On ne trouve pas de différence significative entre les hommes et les femmes concernant leur présence dans les dessins, aquarelles ou peintures, qui comportent chacun autour de 60 % d’œuvres comportant des hommes et 40 % d’œuvres comportant des femmes (cf. fig. 1). Les médias ne sont donc pas globalement discriminants sur ce point.

Une analyse sur l’utilisation des médias selon les différents thèmes met également en évidence des variations assez faibles dans la proportion d’hommes et de femmes utilisés sur chaque média dans le thème considéré. Tout au plus peut-on remarquer dans les portraits une présence relative des hommes en peinture et aquarelle par rapport au dessin supérieure à ce qu’est cette répartition chez les femmes, proportionnellement davantage présentes dans les dessins.

 

II – DEGRÉ DE COMPLEXITÉ DES OEUVRES EN NOMBRE DE PERSONNAGES PAR OEUVRE

  1. Ventilation des œuvres selon le nombre de personnages par œuvre

La répartition des œuvres selon le nombre de personnages qui y figurent est la suivante :

nombre de personnes par œuvreNombre d’œuvres% du total des œuvresNombre de personnes% du total des personnes
1187876,09%187843,0%
22289,24%45610,4%
3963,89%2886,6%
4783,16%3127,1%
5552,23%2756,3%
6421,70%2525,8%
7240,97%1683,8%
8130,53%1042,4%
9200,81%1804,1%
1080,32%801,8%
1150,20%551,3%
1240,16%481,1%
1370,28%912,1%
1420,08%280,6%
1520,08%300,7%
1720,08%340,8%
1810,04%180,4%
1910,04%190,4%
2620,08%521,2%

Fig. 5. Ventilation des œuvres selon le nombre de personnages par œuvre

Ainsi, 3 œuvres sur 4 comportent un personnage unique et regroupent presque la moitié de tous les personnages.

Ou encore, 95 % des œuvres comportent de 1 à 5 personnes et elles regroupent les ¾ de toutes les personnes.

Les œuvres avec de nombreux personnages demeurent donc fortement minoritaires chez Cezanne.

C’est évident en ce qui concerne les portraits, les études de personnages sans identité particulière et les études de nus, les œuvres à 2 personnages étant rarissimes dans ces trois thèmes : moins d’une dizaine en tout.

Pour les personnages de l’univers culturel qui comptent de 1 à 18 personnages, on trouve les mêmes proportions que pour l’ensemble de l’œuvre (les 3/4 des œuvres et la moitié des personnages dans les œuvres à personnage unique). Dans les scènes de genre – qui comptent de 1 à 14 personnages – on peut noter 20 % des œuvres et des personnages dans les œuvres à 2 personnages.

Ceci attire d’autant plus l’attention sur le traitement particulier réservé aux baigneuses et renforce leur caractère de terrain d’expérimentation exceptionnel, avec une répartition des baigneuses dans les œuvres radicalement différente :

Nombre de baigneuses par œuvre
Nombre d’œuvres

% du total des œuvres

Nombre de 
Baigneuses

% du total des baigneuses
16243,7%6213%
285,6%163%
32416,9%7215%
4128,5%4810%
596,3%459%
653,5%306%
710,7%71%
864,2%4810%
942,8%367%
1053,5%5010%
1121,4%225%
1221,4%245%
1310,7%133%
1510,7%153%

Fig. 6. Ventilation des Baigneuses selon le nombre de personnages par œuvre

Ainsi, 44 % seulement des œuvres comportent une baigneuse seule, ce qui représente seulement 1 baigneuse sur 7 sur le total des baigneuses. Le maximum de baigneuses figure dans les œuvres à 3 baigneuses.

  1. Ventilation des œuvres selon les sexes et le nombre de personnages par œuvre

L’analyse des œuvres selon les sexes montre certes une tendance globale à une dispersion accentuée des femmes sur les œuvres à plusieurs personnages : si la situation est assez semblable entre hommes et femmes pour les œuvres à un seul personnage (85 % des œuvres comportant des hommes se limitent à un seul homme, et il en est de même pour les femmes), les femmes se retrouvent ensuite plus nombreuses dans des configurations plus chargées en personnages, mais ce n’est que pour les baigneuses que cette situation prend un tour extrême.

  1. Ventilation des œuvres selon les différentes configurations de personnages

On appelle configuration un ensemble comportant en proportions variées aucun, un ou plusieurs hommes, femmes, fillettes et garçons.

La configuration la plus simple est celle qui ne comporte qu’un seul homme (1078 œuvres), qu’une seule femme (556 œuvres), qu’un seul garçon (236 œuvres, essentiellement 166 portraits de Paul junior et 21 Amour en plâtre) ou qu’une seule fillette (10 œuvres).

En dehors des 1247 œuvres ne comportant que des hommes et des 656 œuvres ne comportant que des femmes, on en trouve également 279 mélangeant hommes et femmes (parfois accompagnés d’enfants) dans des proportions variées ; 86 d’entre elles comportent seulement 1 homme et une femme, et 55 un trio (1 homme et 2 femmes ou l’inverse).

Le tableau suivant récapitule les 101 configurations différentes observées :

tableau-des-configurations
Fig. 7. Les différentes configurations de personnages

On constate la prééminence évidente des 31 configurations les plus simples, celles à un seul type de personnage présent dans l’œuvre.

Viennent ensuite les 36 configurations comportant des hommes et des femmes et présentes dans 244 œuvres : Cezanne s’essaie ici à une grande variété de solutions, et démontre au passage qu’il n’est pas prisonnier dans son œuvre, comme on l’a parfois dit, d’une séparation rigoureuse des sexes. Les 13 œuvres mixtes de baigneurs et baigneuses appartiennent à cette catégorie.

Les 34 autres configurations à 2 types de personnages ou plus restent marginales car elles n’apparaissent que dans 70 œuvres différentes. Elles portent cependant témoignage du fait que Cezanne était au besoin parfaitement capable de ne pas s’enfermer dans quelques schémas dominants.

 

  1. Ventilation des médias selon le nombre de personnages par œuvre

fig-5
Fig. 8. Complexité des œuvres selon les médias

On peut constater que le dessin (1917 œuvres) privilégie presque uniquement les œuvres à 1 ou 2 personnages, alors qu’en peinture (399 œuvres) le quart des œuvres dépasse 3 personnages, et que la complexité maximum des scènes intervient dans les aquarelles (147 œuvres), où le quart des œuvres dépasse 4 personnages.

III – LES NUS

Sur les 2550 œuvres comportant des humains et rassemblant 4377 personnages, on compte 985 œuvres avec des personnages nus, soit 2 œuvres sur 5, comprenant 1688 personnages, soit également 2 personnages sur 5.

Cette proportion est loin d’être négligeable et ouvre la porte à de multiples interprétations : d’un côté on peut penser que Cezanne n’était pas autant gêné par la nudité qu’on a bien voulu le dire, vu ce grand nombre d’œuvres ; de l’autre au contraire on peut prétendre que ce nombre est justement révélateur de son degré de frustration et lui a servi pour sublimer ses tensions libidinales… Bien entendu, il faut analyser ces chiffres plus en détail si l’on tient à justifier telle ou telle lecture particulière.

Par souci de simplicité, les analyses suivantes ne prennent pas en compte les garçons nus (Amours, putti). Il n’y a aucune fillette nue dans l’oeuvre de Cezanne.

  1. Présence comparée des hommes et des femmes nus dans les œuvres comportant des humains

fig-6
Fig. 9. Nombre d’oeuvres avec des hommes et des femmes nus, et nombre de personnages correspondants

Aux 60 % d’œuvres comportant des hommes et 40 % d’œuvres comportant des femmes dans le total des œuvres (cf. Fig. 1) répondent ici les 55 % d’œuvres avec des hommes nus et 45 % d’œuvres avec des femmes nues : on constate que les femmes nues sont relativement plus nombreuses que ce à quoi on pouvait s’attendre si la proportionnalité des sexes dans le total des œuvres s’était retrouvé dans le total des œuvres comportant des personnages nus.

Au lieu de 3 hommes pour 2 femmes dans l’ensemble de l’œuvre, on constate ici un léger excédent de femmes nues sur les hommes nus dans l’ensemble des œuvres comportant des nus.

Ceci est la conséquence de la tendance à « charger » davantage en personnages les œuvres avec des femmes nues (plus de femmes nues que d’hommes nus sur moins d’œuvres) que celles avec des hommes nus : la même tendance à multiplier les femmes a déjà été rencontrée sur l’ensemble de l’œuvre, mais elle se trouve ici accentuée car on constate en moyenne 1,9 femmes nues contre 1,5 hommes nus par œuvre, alors que ce ratio est de 1,6 pour les hommes et les femmes dans l’ensemble de l’œuvre.

Cezanne privilégie donc clairement la représentation des femmes nues par rapport à celle des hommes nus.

  1. Présence comparée des personnages nus selon les thèmes

Il est évident que dans les baigneurs et baigneuses et les études de nus tous les personnages sont nus. Le détail des comparaisons entre femmes et hommes figure donc aux chapitres correspondants.

De même, par construction, les études de personnages sans identité particulière ne comportent aucun nu (sinon ils auraient rejoint la catégorie des études de nus). A part 1 exception pour les hommes et 3 exceptions pour les femmes, les portraits sont également dépourvus de nus.

Restent donc à comparer les nus présents dans les scènes de genre et les personnages issus du monde de la culture.

fig-7
Fig. 10. Personnages nus sur les thèmes de la culture classique et des scènes de genre

Le constat est clair : en proportion, on trouve deux fois plus d’œuvres et de personnages nus dans la culture classique que dans les scènes de genre. Inversement, le nombre moyen de nus par œuvre est de 1,4 dans les scènes de genre et de 1,2 dans les scènes issus de la culture classique : les scènes, moins nombreuses, sont donc légèrement plus « chargées » en personnages.

  1. Présence comparée des hommes et des femmes nus selon les médias

fig-8
Fig. 11. Personnages nus selon les médias

Si en nombre d’œuvres et de personnages nus, la proportion des hommes dépasse celle des femmes dans le dessin, c’est l’inverse en peinture et dans l’aquarelle, où les femmes nues dominent.

  1. Ventilation des œuvres selon le nombre de personnages nus par œuvre

On ne constate pas de différence significative entre les personnages vêtus et nus concernant le degré de complexité des œuvres. Les conclusions sont donc identiques : près de 80 % de personnages nus dans des œuvres à 1 seul personnage, puis dispersion plus grande chez les femmes que chez les hommes sur des figures plus complexes.

CONCLUSION

Cezanne ne traite pas de la même façon les hommes et les femmes.

Les points communs concernent principalement son appétence particulière pour des scènes simples, essentiellement à 1 seul personnage, quel que soit le média ou le thème, que les personnes soient nues ou habillées. Cela dit, Cezanne fait preuve d’une capacité à varier les configurations plus riches de personnages assez étonnante.

Les différences portent sur le nombre significativement plus élevé d’hommes par rapport aux femmes, particulièrement dans les œuvres issues de la culture classique ; mais la situation inverse s’observe dans les scènes de baigneuses par rapport aux baigneurs.

De façon générale, les œuvres comportant des femmes sont plus complexes que celles comportant des hommes, avec plus de personnages en moyenne par œuvre et plus d’œuvres comportant de nombreux personnages.

Les proportions d’hommes par rapport aux femmes sont les mêmes dans les différents médias, sauf en ce qui concerne les femmes nues par rapport aux hommes nus, davantage présentes en peinture et aquarelle qu’en dessin.

Retour à la table des matières