R083 – Crâne et chandelier, vers 1866 (FWN707)

Pavel Machotka

(Cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Crâne et chandelier, vers 1866
47.5 x 62.5 cm
R083-FWN707

Que la vie émotionnelle de Cézanne ait été complexe, cela ne fait aucun doute, et il est évident que pendant sa jeunesse, des pensées de mort, souvent liées au sexe, n’étaient jamais très loin ; on en a la preuve dans sa poésie. Quant à l’unique nature morte avec crâne peinte autour de ses vingt ans, elle pouvait être le fruit des mêmes pensées, ou non. Crâne et chandelier à certains égards est trop conventionnel – la chandelle brûlée, les fleurs fanées, le livre ouvert de la vie – et trop lourd. La composition ne trouve jamais son unité, et il est impossible de dire si c’est le résultat d’une pensée conventionnelle ou si le problème vient de ce que le motif est peint sur une autre composition. Mais la touche du couteau à palette est forte et les couleurs sont très vives. Le couteau pose parfois la peinture en touches, d’autres fois par épaisses traînées, et cela donne un tableau plus près de l’objet que de l’image. Les couleurs surtout ont la sûreté et le sens de l’équilibre propres à Cézanne : pas tant les complémentaires rouge-vert, auxquels nous sommes accoutumés, que le blanc crème du crâne contre le fond gris froid.

 

Source: Machotka, Cézanne: La Sensation à l’oeuvre.