Denis Coutagne

 

Les adresses de Paul Cezanne à Paris

 

 21 sept. 1860 : Zola insiste pour que Cezanne vienne à Paris :  “il est presque inutile qu’il m’écrive jusqu’à ce que la question du voyage soit résolue” (Paul Cezanne,  Correspondance, 1978, p.112)

Oct. 1860 : selon Zola, Cezanne doit venir en mars 1861. (Paul Cezanne,  Correspondance, 1978, p.113).

1861

1861 : 39, rue d’Enfer (IXeme arrondissement, aujourd’hui rue Bleue).

Lettre 22 avril 1861 : Zola a vu Paul : Cezanne est venu à Paris avec son père. Zola et Cezanne voudraient habiter ensemble (Paul Cezanne,  Correspondance, 1978, pp.119-120).

Lettre 1er mai 1861: Zola raconte qu’il a visité une expo avec Cezanne. Témoigne qu’il travaille beaucoup. Et annonce à Baille que Cezanne va faire son portrait.

4 juin 1861Lettre de Cezanne à Joseph Huot, , in Paul Cezanne,  Correspondance, 1978, pp.121-123.

« Je n’ai fait que changer de place et l’ennui m’a suivi. J’ai laissé mes parents, mes amis, quelques-unes de mes habitudes voilà tout. Et dire que je rôde quasiment presque tout le jour.

J’ai vu, c’est naïf à dire, le Louvre et le Luxembourg et Versailles, tu le sais, les tartines que renferment ces admirables monuments, c’est épatant, esbrouffant, renversant…Ne crois pas que je devienne parisien

J’ai encore vu le Salon… (Paul Cezanne,  Correspondance, 1978, p.122.)

Note 39 p.86 (Zola, L’œuvre) : « la rue d’Enfer se trouvait tout près du Boulevard Montparnasse.  Zola avait habité en 1864 au n°142 du boulevard. Dès le milieu du XIXème, le quartier Montparnasse était pour les artistes un lieu de travail et de rencontres ».

10 juin 1861 : lettre Zola à Baille : il voit Cezanne rarement. Le matin, Paul va chez Suisse(Académie Suisse) ; parfois déjeuner chez Cezanne qui travaille au portrait de Zola ; Cezanne  fréquente Villevieille. Il soupe et se couche tôt (Paul Cezanne,  Correspondance, 1978, p.124.).

p.125 : portrait psychologique de Cezanne par Zola : une personne sans concession.

Août 1861 : lettre Zola à Baille  (p.127) : Zola et Cezanne passent plus de temps ensemble ; leur lieu de réunion est « sa petite chambre » ; là il y fait le portrait de Zola ; discussions sur la peinture ; Cezanne peint avec acharnement ; a de nombreux accès de découragement. Lorsqu’il fait mauvais il parle de retourner à Aix. Zola l’en dissuade mais souligne que “cette idée le ronge ; deux fois déjà il a été sur le point de partir” ;

p.129 : réflexion de Zola : « Paul peut avoir le génie d’un grand peintre, il n’aura jamais le génie de le devenir. Le moindre obstacle le désespère ».

p.130 : Paul reste à Paris jusqu’au mois de septembre. « Mais est-ce là sa dernière décision ?».

Septembre 1861, il retourne à Aix.

1862

  • novembre 1862 : de retour à Paris.
  • Habite Rue de l’Est (près du jardin du Luxembourg, rue qui n’existe plus). Il fréquente toujours à l’Académie de Charles Suisse, quai des Orfèvres, à Paris (« de Huit heures à une heure et le soir de sept à dix heures »).

H. Perruchot, la vie de Cezanne, p.114.
Lettre de Cezanne à Coste et à Villevieille, 5 janvier 1863, in Paul Cezanne correspondance, 1978, pp.136-139.
Lettre de Zola (29 sept.1862, in Paul Cezanne correspondance, 1978, pp.134-135.

« J’approuve complètement ton idée de venir travailler à Paris et de te retirer ensuite en Provence ; je crois que c’est une façon de te soustraire aux influences des écoles et de développer quelque originalité si l’on en a […]. »

1863 (Salon des Refusés)

  •  Janvier 1863 : impasse St Dominique d’Enfer (maintenant rue Royer collard), quartier du Val de Grâce, Ve arrondissement.

Lettre de Cezanne à Coste et à Villevieille, 5 janvier 1863, in Paul Cezanne correspondance, 1978, pp.136-139.

  • 20 novembre 1863 : 7, rue des Feuillantines, Ve arrondissement.

Registre des autorisations des élèves, LL10, carte n°2097, Archives du Louvre.

Il fréquente assidûment le Louvre et le cercle d’amis-peintres autour de Zola.

1864

  • à Paris
  • Juillet 1864 : il repart à Aix, y reste six mois.

®Lettre de Cezanne à Coste, 27 février 1864, in  Paul Cezanne correspondance, 1978, pp.140-142.

1865

  • Début de l’année, il revient à Paris : il habite 22, rue Beautreillis (4eme étage, escalier B), IVe arrondissement. (Baudelaire a occupé cette adresse). Francisco Oller y Cestero, peintre et ami y habite également.

« Après six mois de séjour en Provence, Cezanne est de nouveau de retour à Paris au début de 1865. Cette fois, quittant la rive gauche, il va se loger sur les confins du marais, au numéro 22 de la rue Beautreillis, dans un vieil hôtel du XVIIeme siècle, l’hôtel de Charny.[…]Cezanne a pris asile sous les toits, dans une mansarde du quatrième étage, à laquelle mène un escalier au fond de la cour(escalier B) …C’est probablement par l’intermédiaire d’Oller que Cezanne a trouvé cette mansarde. Oller loue, en effet, un pied à terre dans la maison ». (H. Perruchot, la vie de Cezanne, 1956, pp.140, 141.

Il est à Paris en mars : Lettre de Cezanne à Pissarro, 15 mars 1865, in  Paul Cezanne correspondance, 1978, pp.143-144.

  • Septembre 1865 : il est à Aix (H. Perruchot, la vie de Cezanne, 1956, p.147).
  • Il y est encore en décembre.

Lettre de Cezanne à Morstatt, 23 décembre 1865, in  Paul Cezanne correspondance, 1978, pp.144-145.

1866

  • Retour à Paris en février (H. Perruchot, la vie de Cezanne, 1956, p.151).
  • avril 1866 : à Paris : 22, rue Beautreillis, IVe arrondissement .

Lettre de Cezanne à M. de Nieuwerkerke, surintendant des Beaux-Arts, 19 avril 1866, in  Paul Cezanne correspondance, 1978, pp.146-147).

  • Mai-août 1866 : Bennecourt (R. Walter, Cezanne à Bennecourt, Gazette des Beaux-Arts, Février 1862) : lieu de villégiature et de rencontres d’artistes.
  • Mi-août 1866 à décembre 1866 : retour à Aix : Cezanne est rejoint par  Antoine Guillemet, un élève de Pissaro.
  • Octobre 1866 : conflit avec ses parents.
  • Fin décembre 1866 : retour à Paris.

lettre d’A. Guillement à Zola, le 2 novembre 1866 in Correspondance p.164).

1867

  • Janvier 1867 : Cezanne regagne Paris (H. Perruchot, la vie de Cezanne, 1956, p.173).
  • Février 1867 : il est à Paris.
  •  hiver et printemps à Paris : la mère de Cezanne vient lui rendre visite en mai et il s’en retourne avec elle en juin (été à Aix). (H. Perruchot, la vie de Cezanne, 1956, p.183).
  • octobre 1867 : Cezanne regagne Paris avec Zola (11 octobre, selon Perruchot, p.185, il ne revient pas s’installer rue Beautreillis).

1868

  • Février 1868 : toujours 22, rue Beautreillis.
  • 16 mai 1868 : quitte Paris pour Aix.
  • 15 décembre 1868 : de retour à Paris.

1869

  • Début d’année à Paris ; avril : L’Estaque ; l’été, probablement Bennecourt et Gloton.

1870

  • Mars 1870 : à Paris, 53, rue Notre Dame des Champs VIe arrondissement (avec Hortense Fiquet ?), (au 73 de la même rue, il y avait John Singer Sargent).

(H. Perruchot, la vie de Cezanne, 1956, p.198).

  • Estaque : il a fui la guerre. Il y reste une année.

1871

  • Eté 1871 : quelques mois chez son ami et sculpteur Solari : 5, rue de Chevreuse, VI eme arrondissement : une petite maison banale avec un escalier étroit. Cezanne y habitait au-dessus de son ami Solari.

« C’est au numéro 5 de la rue de Chevreuse, dans l’immeuble habité par Solari, que Cezanne et Hortense prennent gîte à leur retour à Paris. »(Perruchot, p.208).

Mais déménage en décembre 1871 (Perruchot, p.210)

1872

  • Janvier 1872 : 45, rue de Jussieu, Ve arrondissement (derrière la Halle aux vins, il avait vue sur la Halle, petit appartement au second étage). Aujourd’hui, l’habitation n’existe plus.

« Cezanne est allé s’installer au numéro 45 de la rue de Jussieu. Il y habite un petit appartement du second étage, dont les fenêtres ouvrent sur la halle aux vins. L’endroit n’est pas précisément des plus tranquilles. Dès l’aurore,  il s’y fait  un grand bruit de futailles déplacées. Cezanne n »en a cure ; il travaille. De son appartement, il peint une vue de la halle aux vins,(…) »(p.210)

  • Naissance  de son fils Paul le 4 janvier 1872.

Lettre de Cezanne à Achille Emperaire, 26 janvier 1872, in  Paul Cezanne correspondance, 1978, pp.178-179.

  • Août 1872 : à Pontoise avec Pissarro.

1873

  • Toute l’année à Auvers  avec Hortense et leur fils Paul jusqu’en décembre 1873. Il pratique avec Pissarro et Guillaumin l’eau-forte dans l’atelier du docteur Gachet.

1874

  • Début de l’année : Paris : 120, rue de Vaugirard, XVe arrondissement : une petite maison à deux étages. (Lettre de Cezanne à sa mère, 26 septembre 1874, in  Paul Cezanne correspondance, 1978, pp.188-189). Il lui donne cette adresse afin qu’elle lui envoie un colis, et précise qu’il y restera jusqu’au mois de janvier (1875).

« …Cezanne revient s’installer à Paris dans une petite maison à deux étages de la rue de Vaugirard, au numéro 120. » (p.229)

Première exposition des « Impressionnistes »(avril-mai 1874) : Cezanne habite bien au 120 rue de Vaugirard.  De même Guillaumin.

  • Avril : Pontoise : il travaille aux côtés de Pissarro.
  • Mai et été : Il laisse Hortense et leur fils à l’adresse de rue de Vaugirard pour la solitude et la méditation à Aix.
  • Septembre 1874 : retour à Paris (copies au Louvre).

1875 

Eté : il rencontre Monet, Renoir et tout le groupe des « impressionnistes »

1876

  • Avril 1876 : Aix ; juin et juillet 1876 : L’Estaque.
  • Septembre : à Paris

®Lettre de Cezanne à ses parents, 10 septembre1876, in  Paul Cezanne correspondance, 1978, pp.197-198. Fréquente Guillaumin.

1877

  • Avril 1877 : Paris : 67, rue de l’Ouest, XIVe arrondissement. (il y reste un mois).

J. Rewald, The paintings of Paul Cezanne a catalogue raisonné, New York, 1996, pp. 217-218 (description de l’appartement et loyer payé par Cezanne).

Cadastre: l’immeuble appartenait à un marchand de vins, Laligand qui louait ce petit appartement à Cezanne et Hortense.

Troisième exposition des « Impressionnistes »

  • 27 mai au 27 octobre 1877 : séjour à L’Estaque
  • Août 1877 : à Paris : travaille dans le parc d’Issy et fréquente la Nouvelle Athènes ; soirées de Nina de Villard.

1878

  • Mars 1878 : d’abord à Paris au 67, rue de l’Ouest

Lettre de Cezanne à Julien Tanguy, 4 mars 1878, in  Paul Cezanne correspondance, 1978, p.203.

Puis  Aix, Estaque et Marseille : Cezanne et Monticelli, peinture en plein air.

  • A partir d’avril 1878 : va et vient entre Marseille et Aix.
  • 28 mai 1878 : il rend visite à Zola à Médan.
  • juillet 1878 : Estaque : on apprend par une lettre que son appartement parisien du 67, rue de l’ouest est occupé par des étrangers et que n’ayant pas demandé l’accord de son propriétaire, le contrat est rompu.

Lettre de Cezanne à Zola, 29 juillet 1878, in  Paul Cezanne correspondance, 1978, pp.214, 215.

Dans une lettre à Caillebotte (13 novembre 1878), Cezanne lui dit qu’il se trouve loin de Paris depuis au moins neuf mois.

1879

  • Janvier 1879 : toujours à L’Estaque
  • Mi – février 1879 : Paris (en passant par Aix).
  • Avril 1879 : il vit à Melun, 2, place de la préfecture ; effectue des voyages réguliers à Paris.
  • 9 juin 1879 : retour à Paris : maison de Zola (Médan) pendant 12 jours ; puis Melun, et songe à quitter Melun pour Paris (décembre).

1880

  • 1er avril 1880 : quitte Melun pour paris. Il retrouve la rue de l’Ouest, n° 32 (5eme étage sans ascenseur).

Lettre à Zola, 1er avril 1880, p.239) ; »je réside rue de l’Ouest, 32, Plaisance »

H. Perruchot, la vie de Cezanne, 1956, p.293 : mars 1880.

  • Août 1880 : visite à Médan.

1881

  • Mai – octobre : il vit avec Hortense et leur fils à Pontoise (31, quai du Pothuis [aujourd’hui, Eugène Turpin] ; Il voit souvent Pissarro, qui finira par s’installer au 85, quai du Pothuis.Il rencontre Gauguin.

1882 

  • Janvier – février : il est à L’Estaque. Renoir le rejoint. Ils travaillent ensemble.
  • Mars : Paris ; mai 1882 : toujours au 32, rue de l’ouest. En mai, un des portraits de Cezanne réussit à accéder au Salon, Cezanne s’étant inscrit comme élève de Guillemet, alors membre du Jury.(

Salon de 1882, œuvre n°520, Portrait de M. L. A…)

Le tableau les toits de Paris peint vers 1882 aurait été réalisé de cet appartement (voir J. Rewald, The paintings of Paul Cezanne a catalogue raisonné, New York, 1996, pp. 335-336 ; P. Imbourg, Beaux-Arts, janv.20, 1939, ill.).

  • Eté 1882 : à Hattenville (Normandie) chez Choquet.
  • Septembre 1882 : à Médan avec Zola.
  • Octobre 1882 : Aix

1883

  • Toujours à Aix, puis à partir de mai, il sillonne la campagne entre Aix et Marseille, en compagnie de Monticelli.
  • Fin décembre, Renoir et Monet lui rendent visite à Aix.

1884

  • Il travaille à Aix et à L’Estaque.

1885

  • Il passe la première partie de l’année à Aix.
  • 15 juin : Il s’installe à La Roche-Guyon chez Renoir ; puis Vernon (Eure).
  • Août : Aix, Gardanne et Jas de Bouffan.

1886

  • Il vit à Gardanne.
  • Mars 1886 : parution de L’œuvre de Zola.
  • 28 avril 1886 : mariage avec Hortense à Aix. Ses parents participent à la cérémonie.
  • 23 octobre 1886 : décès du père de l’artiste.

Entre juin 1886 et juin 1889, aucune lettre de Cezanne n’a été conservée.

1888

  • Janvier : bref séjour de Renoir au Jas de Bouffan.
  • Eté 1888 : selon le témoignage du fils, Cezanne aurait vécu pendant 5 mois à Chantilly (hôtel  Delacourt).
  • 27 décembre 1888 : il est au 15, quai d’Anjou (île St Louis) et il loue un atelier dans la rue du Val de Grâce. Cezanne habitait au 2eme étage : très belle vue sur les quais ; Guillaumin habitait au 13 quai d’Anjou (ancien atelier de Daubigny). Tous deux ont peint, chacun à sa manière la même vue des quais.

H. Perruchot, la vie de Cezanne, 1956, p.251

G. Serret et D. Fabiani, Armand Guillaumin(1841-1927), catalogue raisonné de l’œuvre peint, Paris, 1971, p. 31. On apprend que le quai d’Anjou avait eu comme occupants Daumier (9), Baudelaire (17).

1889

Toujours quai d’Anjou

  • Juin : il est à Hattenville (Normandie) chez Choquet puis à Paris.
  • Juillet – octobre : La maison du pendu exposée à l’exposition centennale de l’Art français.

1890

  • Eté : il séjourne à Emagny (Doubs) avec Hortense, qui est originaire du Jura et de Paul
  • Août : il passe 5 mois en Suisse (Neuchâtel, Berne, Fribourg, Vevey, Lausanne, Genève. Cezanne semble malheureux et commence à ressentir des troubles (diabète).

1891

  • Hortense et son fils sont installés à Aix. Cezanne habite avec sa mère et sa sœur au Jas de Bouffan. Il passe toute l’année à Aix.
  • Septembre 1891 : 69, avenue d’Orléans, XIVe arrondissement.

1893 ?

1894

  • Il habite un appartement plus cossu à Paris : 2, rue des Lions St Paul, IVe arrondissement (une entrée, un salon, une salle à manger, une chambre, une pièce, une cuisine). Il loue probablement un atelier, passage Dulac.

H. Perruchot, la vie de Cezanne, 1956, p.379.

  • septembre 1894 : il travaille à Melun.
  • 7-30 septembre : il est à Giverny (hôtel Baudy). Il quitte brusquement Giverny le 28 novembre.

1895

  • Il passe la première partie de l’année à Paris et la seconde à Aix.
  • 17 juillet : il a un atelier à Paris, rue Bonaparte, VIe arrondissement.
  • Novembre (avant le 13) : première exposition dédiée à Cezanne organisée par Vollard dans sa galerie, rue Laffitte.

1896

  • Début de l’année ou printemps : première rencontre de Cezanne avec Vollard.
  • Juin : il fait une cure pendant un mois à Vichy (hôtel Molière).
  • Juillet : il part en villégiature avec sa femme et leur fils à Talloires, Annecy, Lyon, Miramas, puis Aix.
  • Fin août 1896 : à Paris 58, rue des Dames, XVIIe arrondissement, quartier des Batignolles. Il y loue un appartement au 3eme étage : antichambre, salon, salle à manger, cuisine, un vestibule, un bureau, salle de bain, deux autres pièces.

H. Perruchot, la vie de Cezanne, 1956, p.427.

  • Fin décembre : il reçoit la visite du fils du sculpteur Solari.

1897

  • Nouvelle adresse à Paris : 73, rue st Lazare, IXe arrondissement.

H. Perruchot, la vie de Cezanne, 1956, p.427.

  • Mai 1897 : il travaille à Mennecy (Essonne, hôtel de la Belle Etoile).
  • 31 mai 1897 : il retourne à Aix.
  • Juin ?- septembre : il loue un bastidon dans le Tholonet. Humeur déprimée et pensées sombres.
  • 25 octobre 1897 : décès de sa mère.

1898

  • Il passe la première partie de l’année à Aix et la seconde à Paris : il a son atelier à la Villa des Arts, 15 rue Hégésippe Moreau, XVIIIeme arrondissement (au 4 eme étage). Il y reste jusqu’en 1899. Les ateliers s’y étendent sur deux étages, il y a une cour. Vollard se fait « portraiturer » dans l’un de ces ateliers.

Rencontre d’un artiste Didier Lambert, parent du marchand libraire Lambert (voir Paul Cezanne correspondance, 1978.) qui occupe l’un des anciens ateliers de Cezanne où il y a toujours un poêle à charbon et à bois dans l’esprit de l’époque.

H. Perruchot, la vie de Cezanne, 1956, p.437.

  • 9 mai – 10 juin : exposition de soixante tableaux de Cezanne à la galerie Vollard.
  • Eté ? Il peint à Mongeroult et à Marines dans la région parisienne (Val d’Oise).

1899

  • Salon des Indépendants (21 octobre-26 novembre) ; deux natures mortes et un paysage de Cezanne exposés.
  • Fin novembre-décembre : exposition à la galerie Vollard d’une quarantaine de tableaux de Cezanne.
  • 21 octobre au 26 novembre : il habite au 31, rue Ballu, IXeme arrondissement (3eme étage) jusqu’en 1906.
  • Fin de l’année, Vollard achète tout l’atelier.