R550 La Bastide La Durane dans la plaine de Valcros I, vers 1885 (FWN220)

Pavel Machotka

(Cliquer sur les images pour les agrandir)

La Bastide La Durane dans la plaine de Valcros I 1885-1886 60 x 81 cm R550 - FWN220

La Bastide La Durane dans la plaine de Valcros I 1885-1886
60 x 81 cm
R550 – FWN220

La Bastide La Durane dans la plaine de Valcros est une composition complexe, rythmé, dont la torsion violente des branches correspond à la disagrégation du paysage. Avec sagesse, Cézanne applique sa touche irrégulièrement et sans insistance. Ici deux plans rivalisent pour attirer l’attention : les branches de devant en colère, obstinément tordues, et la ferme placide qu’elles révèlent et mettent en pièces. Les branches ne poussent pas seulement en s’éloignant du tronc d’arbre ; elles se dirigent aussi en arrière vers le sol, se retournant en épingle à cheveux, et elles se tordent impitoyablement tout le long jusqu’à leur pointe. Et cependant, dans ce tumulte, un ordre pictural se dégage : chacun des espaces enclos contient une partie différente, indépendante de la vue. Les touches se renouvèlent dans chaque polygone, si l’on peut dire. La ferme est comprise dans le plus grand polygone, elle touche le tronc vertical comme si elle lui était reliée, elle nous ramène au centre exact, et puis elle disparaît dans les espaces étroits sur la gauche, pour réapparaître au bord du tableau. La maison n’est pas continue, mais on la réunit en la regardant, et quand elle disparaît complètement, cela nous procure un espace de respiration. Les autres polygones enferment chacun leur portion de l’ensemble, assez distincts pour découper une section du tableau, et pourtant assez semblables pour qu’à nouveau nous puissions rassembler les morceaux sans effort. Si les branches torturées sont une expression de l’émotion, le tableau dans son ensemble est un produit de la pensée ; une impression de répartition calme dompte les mouvements indisciplinés. Les deux plans se rapprochent, et le tableau devient non pas juste la représentation d’un paysage mais une image presque plate, quasi équivalente au plan de la toile.

 

Source: Machotka, Cézanne: La Sensation à l’oeuvre.

NB : Le catalogue en ligne donne à ce tableau le titre suivant, moins précis : Arbres et maisons au lieu dit “La Duranne”

Voir aussi R548-FWN219 et R549FWN218.

Une étude de localisation précise a été consacrée à ces trois tableaux et à l’aquarelle correspondante : Localisation de Arbres et maisons (FWN218 à 220-R548 à R550, RW156)