François Chédeville

Les “Montagne Sainte-Victoire” du plateau de Valcros et les collines de l’est d’Aix-en-Provence – II

(Cliquer sur les images pour les voir en vraie grandeur)

 Traitement de l’arrière-fond dans FWN273-R698

Dans ce tableau, les collines représentées par Cézanne sont facilement identifiables :

Fig. 13. R698 Identification des collines

Fig. 13. FWN273-R698 Identification des collines

On constate que les collines et le point P sont correctement positionnées par rapport à la photo de Rewald de 1935 (cf Fig. 6), celle-ci étant prise à quelques mètres au-dessus du bassin de Montbriand :

Fig. 14 Correspondance avec la photo de Rewald de 1935

Fig. 14 Correspondance avec la photo de Rewald de 1935

La photo contemporaine prise depuis le bassin, bien que tronquée à droite du fait de la végétation, confirme la bonne position du point P :

Fig. 15 R698 correspondance avec la photo contemporaine

Fig. 15 FWN274-R698 correspondance avec la photo contemporaine

Traitement de l’arrière-fond dans la série FWN185-R511, FWN184-R512, C0905, C0896 et RW239

 Compte tenu du cadrage de ces œuvres, le point P n’apparaît pas. On peut cependant vérifier que les collines sont bien positionnées sur FWN186-R511 pour s’assurer de la rigueur de Cézanne :

Fig. 16. R511 Identification des collines

Fig. 16. FWN185-R511 Identification des collines

Le traitement de FWN184-R512 est plus allusif, mais les volumes corrects sont en place :

Fig. 17. R512 La Montagne Sainte-Victoire vue en haut de Montbriand I c82

Fig. 17. FWN184-R512 La Montagne Sainte-Victoire vue en haut de Montbriand I c82

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout cela correspond parfaitement à l’implantation des collines vues sur une photo contemporaine prise au-dessus du Tubet :

Fig. 18. Vallée de l'Arc vue au-dessus du Tubet

Fig. 18. Vallée de l’Arc vue au-dessus du Tubet

Pour les trois autres œuvres réalisées sur place, comme il s’agit de vues partielles ou d’esquisses rapides, l’arrière-fond est à peine ou pas du tout esquissé et on ne peut en tirer aucune conclusion :

Fig. 19. C0896 et RW239

Fig. 19. C0896 et RW239

 

Fig. 20. C0905 La vallée de L'Arc 85-87

Fig. 20. C0905 La vallée de L’Arc 85-87

 

 

 

 

 

 

 

Traitement de l’arrière-fond dans FWN265-R695

Ici non plus, on ne peut rien conclure de l’arrière-fond qui ne laisse deviner que la ligne de la Montagne et du Cengle :

Fig. 21. R695 La Montagne Sainte-Victoire avec viaduc, vue en haut de Montbriand c90

Fig. 21. FWN265-R695 La Montagne Sainte-Victoire avec viaduc, vue en haut de Montbriand c90

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Traitement de l’arrière-fond dans FWN234-R598, FWN235-R599, FWN296-R767, C1158, RW238, RW241

Pour FWN235-R598 et FWN234-R599, la correspondance avec une photo contemporaine est excellente :

Fig. 22. R598 et R599 La Montagne Sainte-Victoire au grand pin 86-87

Fig. 22. FWN234-R598 et FWN235-R599 La Montagne Sainte-Victoire au grand pin 86-87

Fig. 23. Photo actuelle

Fig. 23. Photo actuelle

Bien que simplifiée ou simplement esquissée , on retrouve une configuration identique dans les dessins et l’aquarelle du site :

Fig. 24. RW241 et RW238

Fig. 24. RW241 et RW238

Le cadrage resserré de RW238 se retrouve dans le dessin C1158 : la distance D est ici un peu raccourcie par rapport aux autres œuvres de cette série, ce qui peut s’expliquer par le caractère d’esquisse rapide du dessin, et cette exception limitée ne remet pas en cause l’exactitude habituelle des œuvres davantage finies :

Fig. 25. C1158 La Montagne Sainte-Victoire vue de Bellevue 92-95

Fig. 25. C1158 La Montagne Sainte-Victoire vue de Bellevue 92-95

 

Traitement de l’arrière-fond dans FWN127-R398, C0894 et C0895

Passons maintenant à la dernière série pour laquelle la localisation précise de Cézanne a été faite. Cette série concerne la bastide La Générale, aujourd’hui détruite. Voici d’abord l’identification des collines sur FWN127-R398 :

Fig. 26. R398 La Montagne Sainte-Victoire vue du chemin de Valcros 78-79

Fig. 26. FWN127-R398 La Montagne Sainte-Victoire vue du chemin de Valcros 78-79

Du fait de la végétation nous avons vu dans l’étude consacrée à ce tableau qu’il était devenu impossible de photographier le site. Mais grâce à Google Earth, nous pouvons en prendre une photo virtuelle en 3D, à partir d’une certaine hauteur :

Fig. 27. Reconstitution 3D en hauteur depuis la position de Cézanne

Fig. 27. Reconstitution 3D en hauteur depuis la position de Cézanne.

Nous avons là un nouvel exemple de la fidélité de Cézanne dans la représentation des collines et le positionnement du point P.

Les deux dessins relatifs au site sont des esquisses trop rapides pour présenter un grand intérêt dans l’optique qui est la nôtre. Pour le peu qu’ils comportent, on doit cependant constater que même dans ce cas, Cézanne est exact dans ses observations :

Fig. 28. C0895 et C0894 83-85

Fig. 28. C0895 et C0894 83-85

 

A l’issue de l’examen de l’ensemble des œuvres bien localisées, on peut considérer Cézanne place avec exactitude les collines de l’est d’Aix et donc le point P, ce qui valide la mise en série proposée au chapitre II de cette étude. Cette série va donc nous servir maintenant pour déterminer la localisation des quatre toiles restantes.