François Chédeville

Un nouveau dessin de la collection Barnes : Encagnane et le Pilon du Roi (avec C0768 et FWN232-R602)

(Cliquer sur les images réduites pour les voir en vraie grandeur)

La Fondation Barnes, à l’occasion d’un travail de conservation de l’aquarelle RW525, a découvert au verso un dessin à la mine de plomb représentant une bastide importante avec en arrière-fond la chaine de l’Étoile :

Fig. 1. Encagnane et le Pilon du Roi

Fig. 1. Encagnane et le Pilon du Roi

La configuration générale du lieu nous a incité à penser immédiatement au plan très caractéristique d’une grande bastide figurant au cadastre napoléonien, dans la plaine à l’est de Valcros, et dont nous avons déjà recherché la présence qui nous paraissait vraisemblable dans d’autres tableaux – sachant que nous l’avions déjà identifiée sur le dessin C0786 et sur la peinture FWN232-R620 (voir plus bas) :

Fig. 2. Encagnane au cadastre napoléonien

Fig. 2. Encagnane au cadastre napoléonien

 Restait à valider cette identification en vérifiant :

  • que le dessin de la bâtisse par Cezanne est conforme à ce plan, ceci conforté par quelques photographies aériennes des années 30 et au-delà où figure la bastide ;
  • qu’on peut déterminer une position de Cezanne précise conforme à l’angle sous lequel il l’a dessinée ;
  • que de cette position, on peut identifier la petite bastide de droite et surtout la conformité de la ligne d’horizon représentant la Chaîne de l’Étoile perçue visuellement avec sa représentation sur le dessin.

 

Identification de la bastide d’Encagnane

 En comparant la plan de la bastide sur le cadastre napoléonien, une photo aérienne de 1959 et le dessin de Cezanne, on peut repérer des similitudes évidentes :

Fig. 3. Identification de la bastide

Fig. 3. Identification de la bastide

  • A : c’est la bastide proprement dite, bloc rectangulaire classique aux toits en pente sur les 4 coins ;
  • B : un long bâtiment au toit à deux pentes dont Cezanne représente le pignon, vu la direction de son regard. Une partie de ce bâtiment collée à A est en retrait par rapport au reste du bâtiment plus proche du peintre. Noter que le bâtiment B de la photographie et plus long que sur le cadastre, c’est-à-dire que sa moitié nord actuelle a été ajoutée postérieurement au moment où Cezanne représente la bastide, comme on le voit d’ailleurs nettement sur C0768  et sur FWN232-R602 (voir plus bas). Une longue cheminée se situe sur le toit au milieu de la partie en retrait du bâtiment B (ici sous la première fenêtre à gauche de A), que l’on verra mieux sur le dessin et sur la toile ;
  • C : un autre bâtiment perpendiculaire à B à son extrémité, avec un toit à trois pentes et une excroissance E surélevée par rapport au reste du toit ;
  • D : une suite de petits bâtiments absents sur le cadastre napoléonien, construits ultérieurement à la date du dessin semble-t-il, à moins que les deux traits du dessin peu éloignés du sol et parallèles au toit de C ne les représentent, eux ou leur amorce, ce qui n’est pas impossible. Ils figurent sur toutes les photos aériennes dont la première date de 1930 ;
  • F : il semble sur le cadastre napoléonien que quelque chose précède le bâtiment B, dont on retrouve peut-être la trace sur le dessin. Difficile de dire de quoi il peut s’agir : l’amorce des bâtiments D ? un bâtiment bas ? Une aire surélevée ? Un auvent devant ce qui semble une porte cochère du bâtiment B mais, si l’on en croit le tableau représentant Encagnane (FWN232-R602), correspondrait plutôt à une ou plusieurs meules de foin  ?

En dehors des bâtiments D, il ne peut y avoir de doute quant aux trois bâtisses principales A, B et C.

Position de Cezanne

Cezanne fait face au côté nord-est du bâtiment A et au pignon sud-ouest du bâtiment C dot on ne voit donc pas le grand côté. Ceci permet de le situer par rapport à l’axe du tableau :

Fig. 4. Position de Cézanne

Fig. 4. Position de Cezanne

 En situant sur la photo aérienne l’axe du dessin un peu à droite de la bastide principale, la position du peintre se situe logiquement sur l’ancien chemin d’Encagnane, tout près du croisement avec le chemin d’accès à la bastide.

La Fig. 5 indique en vert l’itinéraire le plus simple pour se rendre à ce lieu depuis le chemin de Valcros au départ du Jas de Bouffan.

Fig. 5. Chemin d'accès en 1930

Fig. 5. Chemin d’accès en 1930

 

Cohérence de cette position avec la ligne d’horizon.

La ligne d’horizon du tableau avec le Pilon du Roi se présente comme suit :

Fig. 6. La ligne d'horizon du dessin

Fig. 6. La ligne d’horizon du dessin

Au-delà des collines de Malouesse et Foncouverte au second plan, la ligne d’horizon dessine la Chaîne de l’Étoile, avec de gauche à droite le début de la montagne du Bau Trauqua, les arêtes rocheuses à l’aplomb de Notre-Dame du Roi, puis le Pilon du Roi avec les Santons à sa droite.

L’espace couvert est le suivant :

Fig. 7. L'espace de la ligne d'Horizon

Fig. 7. L’espace de la ligne d’Horizon

Voici sa transposition sur la carte IGN :

Fig. 8. Carte IGN de la Chaîne de l'Étoile

Fig. 8. Carte IGN de la Chaîne de l’Étoile

Ceci permet de fixer l’angle de vue de Cezanne sur la Chaîne de l’Étoile depuis sa position :

Fig. 9. Angle de vue du dessin

Fig. 9. Angle de vue du dessin

Fig. 9. Angle de vue du dessin (détail)

Fig. 9. Angle de vue du dessin (détail)

En reportant cet angle sur le cadastre napoléonien et sur la photo aérienne de 1934, on voit que la bastide de Baylon y est bien incluse :

Fig. 10 Cadastre et Bastide de Baylon

Fig. 10 Cadastre et Bastide de Baylon

 

Fig. 10 bis. Photo aérienne 1934 de l'angle de vision de la ligne d'horizon

Fig. 10 bis. Photo aérienne 1934 de l’angle de vision de la ligne d’horizon

La cohérence entre les données du terrain et le dessin de Cezanne est donc assurée pour la position du peintre que nous avons déterminée.

Et aujourd’hui ?

Nous possédons des photos aériennes de la bastide inchangée jusqu’en 1960. La photo suivante date de 1964 et montre que la bastide a été détruite, et en 1966 la nouvelle photo aérienne nous donne un aperçu du chantier de construction de ce nouveau quartier d’Aix :

Fig. 11. Encagnane détruite en 1964

Fig. 11. Encagnane détruite en 1964

Fig. 11bis. Le chantier du nouveau quartier en 1966

Fig. 11bis. Le chantier du nouveau quartier en 1966

 En reportant la position de Cezanne sur ce quartier aujourd’hui, on voit qu’on n’a aucune chance de retrouver la même perspective sur l’horizon, compte tenu des immeubles :

Fig. 12. Position de Cézanne aujourd’hui

Fig. 12. Position de Cezanne aujourd’hui 

Cezanne se situe dans le hall ou à l’entrée de l’immeuble au 30, Bd du Dr Schweitzer :

Fig. 13. Vue actuelle depuis la position de Cézanne

Fig. 13. Vue actuelle depuis la position de Cezanne

Le panorama du dessin se présente ainsi de nos jours :

Fig. 14. Le panorama aujourd’hui

Fig. 14. Le panorama aujourd’hui

Un autre dessin d’Encagnane : C0768

 Chappuis répertorie un autre dessin d’Encagnane, sans en donner le nom, qu’il semble ne pas connaître.

Fig. 15. C0768 Paysage près d'Aix-en-Provence 77-80.

Fig. 15. C0768 Paysage près d’Aix-en-Provence 77-80.

 Il précise que Rewald a photographié le lieu vers 1935, lui aussi semble-t-il sans le nommer. La photo est intéressante car elle est prise non plus vers le sud-est, mais vers le nord-ouest, révélant bien comment se présente la façade de l’ensemble vue de ce côté :

Fig. 16. "Propriété proche du Jas de Bouffan", vers 1935, John Rewald

Fig. 16. “Propriété proche du Jas de Bouffan”, vers 1935, John Rewald

 En 1935 comme sur la photo aérienne, on voit que le bâtiment B (cf Fig. 3) a été prolongé par rapport au dessin. Tout le reste de la topographie du lieu correspond parfaitement à ce que Cezanne a dessiné, y compris le gazomètre noté par Chappuis à l’arrière du bâtiment B.

Pour prendre sa photographie, Rewald s’est placé sur le chemin d’Encagnane, mais Cezanne s’est rapproché de la maison, vraisemblablement à l’endroit marqué d’un cercle sur la photographie de Rewald :

Fig. 17 Positions relatives de Cézanne et Rewald.

Fig. 17 Positions relatives de Cezanne et Rewald.

 

Pour le dessin de la collection Barnes, nous proposons d’adopter le titre : “Encagnane et le Pilon du Roi” et pour C0768 : “Encagnane, bastide et ferme”.

Une toile représentant Encagnane : Maisons provençales (FWN232-R602)

Il en semble pas que Rewald, qui a pourtant photographié Encagnane, l’ait identifiée sur cette toile, peut-être parce que l’angle de vue est ici différent.

Fig. 18. Encagnane vers 1885 (Collection Pearlman)

On reconnaît bien ici la cheminée figurant sur la partie en retrait de la façade du bâtiment B, la partie du toit E surélevée du bâtiment C (voir fig. 3), la pente triangulaire  du toit à l’extrémité du bâtiment B qui figure sur le dessin de la Barnes Foundation.

Cezanne s’est ici déplacé vers le sud sur le chemin dit du Jas de Bouffan au cadastre napoléonien, presque à mi-chemin entre sa position pour le dessin de la Barnes Foundation et l’endroit d’où Rewald a pris la photographie de la bastide (cf. Fig. 7), à un carrefour indiqué ici :

Fig. 20. Positions de Cezanne

Fig. 19. Positions de Cezanne

Ce point de vue inclut dans le tableau à l’arrière-plan à droite un des bâtiments de la bastide du Petit Bourthoumiou.

fig-21-photographie-aerienne-de-1934

Fig. 20. Photographie aérienne de 1934

A titre de vérification finale, on peut constater que la ligne d’horizon est bien celle du Montaiguet, avec le Vallon du Coq indiqué au-dessus du coin gauche du toit de la bastide principale (sillon en en bleu) :

Fig. 19. L'horizon du tableau

Fig. 21. L’horizon du tableau

Ici aussi, le titre le plus approprié pour ce tableau doit être : “Encagnane, bastide et ferme” et non le titre générique “Maisons provençales”.