On sait la relation intime qui s’établit entre Cezanne et Chocquet à partir de leur admiration commune pour Delacroix. A ce propos, une exposition très intéressante se tient jusqu’au 7 juin à Winterthür. Elle rassemble notamment les oeuvres de la collection Oskar Reinhart “Am Römerholz” figurant à l’origine dans la collection qu’avait su rassembler Victor Chocquet, dont ses portraits par Cezanne, mais aussi les Trois baigneuses surprises, première toile achetée par Chocquet, ou le Pont de Maincy.

Voici le communiqué de presse du Musée :

Victor Chocquet

Victor Chocquet, ami et collectionneur des impressionnistes

Renoir, Cezanne, Monet, Manet

du 21 février au 7 juin 2015

Commissaire de l’exposition : Mariantonia Reinhard-Felice, directrice de la Collection Oskar Reinhart « Am Römerholz », Winterthour

En 2015, le « Römerholz » rend pour la première fois hommage au collectionneur Victor Chocquet (1821-1891), dont l’exposition reconstitue de manière exemplaire la collection, tout en mettant en lumière l’histoire fascinante de cet homme, pionnier et ardent défenseur de la modernité.

Très tôt déjà, alors que la peinture impressionniste était encore l’objet de refus souvent violents, Chocquet sut en déceler la force novatrice. A Paris, cet employé des douanes aux revenus modestes parvint à constituer une des plus belles collections d’œuvres des principaux représentants de l’impressionnisme, tels que Renoir, Monet et Cezanne, sans compter l’ensemble notoire d’œuvres de Delacroix et des tableaux non moins remarquables de Courbet et Manet.

Cette collection, dispersée en 1899 à la mort de la veuve de Victor Chocquet, frappe par la part qu’elle accorde à Cezanne, lequel occupe donc une place de choix également dans notre exposition, l’autre point fort étant les œuvres de Delacroix : c’est en effet ce peintre romantique français qui déclencha chez Chocquet la passion pour l’art et qui aurait éveillé celui-ci à la peinture moderne. Enfin, une sélection de toiles de Renoir, Monet et Manet représente le troisième grand volet de sa collection.

L’exposition porte avant tout sur les œuvres qui illustrent le mieux à la fois le rapport entre Chocquet et « ses » artistes et la portée de sa collection. Les portraits de Chocquet par Renoir et Cezanne sont à cet égard de tout premier ordre et donnent à notre exposition son accent principal. Le nombre exceptionnel de ces portraits et leur expressivité témoignent de la profonde amitié qui liait le collectionneur à ses « protégés », mais reflètent aussi la bonté désintéressée avec laquelle il s’engagea à les faire reconnaître.

Le merveilleux Portrait de Monsieur Chocquet par Renoir, ayant jadis appartenu à Chocquet lui-même et aujourd’hui dans la Collection Reinhart « Am Römerholz », compte parmi les représentations les plus saisissantes de ce courageux mécène, et marque expressément la parenté entre les deux collections. Celle de Chocquet se situe chronologiquement au début d’une culture de la collection qui allait bientôt se développer à l’échelon international, et dans laquelle Oskar Reinhart s’inscrira brillamment au début des années 1920 en y apportant une des dernières grandes contributions. Notre exposition souligne donc aussi la signification d’Oskar Reinhart en tant que collectionneur de l’impressionnisme, rendant ainsi hommage, à l’occasion du cinquantenaire de sa mort, à l’accomplissement hors pair que l’on doit au fondateur de notre musée.

L’exposition s’accompagne d’un catalogue en allemand à paraître chez Hirmer Verlag, Munich (230 pages, nombreuses illustrations, ISBN 978-3-7774-2416-3). Les essais ainsi que les notices sur chacune des 37 œuvres exposées sont signés Anne Distel, Inken Freudenberg, Kerstin Richter, Mariantonia Reinhard-Felice, Arlette Sérullaz et Jayne Warman. Ces contributions sont le résultat de recherches approfondies sur le thème de l’exposition et donnent une image à la fois fascinante et nouvelle de la personnalité de Chocquet, de son engagement et sa collection. Disponible à la boutique du Römerholz, 48 CHF.

On trouvera également dans Le Temps un article très bien fait de Laurence Chauvy : “L’impressionnisme selon Chocquet” qu’on lira avec profit à l’adresse suivante :

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/e45b019a-e1fc-11e4-94b8-e7cac4d21567/Limpressionnisme_selon_Chocquet

NB. Depuis la mise en ligne de cet article, il est devenu payant (0,79 CHF).