Colloque “Cezanne, Jas de Bouffan — art et histoire”, 21-22 septembre 2019

                                    “A mon excellent ami, Paul Cezanne”

–Fortuné Marion’s 1869 dedication in his naming of a new species.

    Faya  Causey-Conisbee

Après ses études universitaires  (University of California, Santa Barbara), Faya Causey- Conisbee  déroule un cursus professionnel :

    • en Califonie, Department of Art, California, State University, Long Beach  (où elle devient Associate Professor de 1992 à 1995),
    • à Washington dans le cadre de la National Gallery of art.

de 1994 à 1999 :  Curator (Academic Programs Department, Division Education)

de 1999 à 2001 : Associate Dean (Acting), (Center for Advanced Study in the Visual Arts, National Gallery of art)

de 2001 à 2017 : Head Academic Programs Department, Division of Education, National Gallery of art.

Depuis 2017 , Faya Causey-Conisbee  poursuit  des recherches au Getty Research Institute and Getty Villa, Los Angeles

De ses nombreuses publications  nous ne retenons  que celles  en référence à Cezanne :

    • Cézanne and Antiquity, in  “ Gesko, ed., Cézanne and the Past (Budapest, Museum of Fine Arts, to appear, 2017), 24-35
    • Tectonic Cézanne, in ”J. Gesko, ed., Cezanne and Non-Arcadian Abstraction, exh. cat. (Budapest, Fine Arts Museum, to appear 2020)
    • “Cezanne: Geography and Geology,” in J. Elderfield, ed., Cezanne: Rocks & Quarries, exh. cat., (Princeton, Princeton University Press, to appear, 2020

Le contenu de son intervention

L’intervention de Faya Causey-Consibee pourrait s’appeler encore Paul Cezanne et Fortuné Marion, dessin, peinture et géologie. Le tout jeune Marion, futur directeur du museum de Marseille se passionne et  pour la peinture, et pour l’origine  des espèces,  et pour la géologie. Il rencontre Cezanne dans les années 1860 : voilà qu’il inscrit des notes dans un carnet de jeunesse de Cezanne…  (nb : Les trilobites constituent une classe d’arthropodes marins fossiles). Sur ces bases, Faya Causey-Conisbee entend proposer une nouvelle évaluation  des interactions entre Cezanne et Marion   dans les années 1985-1871, plus particulièrement 1865-1868.

NB : On trouvera une traduction de cet article à la fin du texte anglais.

Amphistenus Pauli—that is the name Marion gave to a species of non-parasitic marine nematode, the subject of his award-winning dissertation. This dedication is just one of the many kinds of evidence we have today for what was a very important friendship between Paul Cezanne and Fortuné Marion, once especially close during c. 1865-71.

For the last year, I have been very interested in the subject of Cezanne and geology, and this led me right away to Cezanne’s friendship with Marion—who was truly one of France’s outstanding scientists of the late nineteenth century. Just to give you a bit of biography:

Marion was more than seven years younger than Cezanne.  He also attended the College Bourbon where he received his baccalaureate èslettres at age 16—when he went to Marseilles to continue his studies at the Faculté des Sciences and began work as a preparator. Four more degrees in science were completed by 1869. He began to work in paleontology but then also researched and published widely in paleobotany and zoology. At the end of his life, in 1900, he was the Director of the Natural History Museum, Marseilles, founder of the marine biology laboratory at Endoume, and much published, much cited and much decorated—for his work in marine biology and on phylloxera.

On the screen earlier you saw the famous nematode—from the 1870 publication of Marion’s dissertation, a copy of which we have in Washington, in the Smithsonian. The illustration was done by Marion himself. His mentor, the famous naturalist le comte Gaston de Saporta considered Marion to be “unehabilledessinateur.”

The existing evidence for the friendship between Marion and Cezanne is varied. Marion was also serious about depicting the landscape, and he painted side by side with Cezanne at least for a couple of years, probably beginning in 1865, in the same period when Marion was excavating in the region, searching out paleontological evidence for early humans.

Here are a few examples.Of Marion’s paintings, there is one extant work in color, and the rest are unfortunately only known in black and white photos. But you perhaps get an idea.

On the left, Marion’s  view of St Jean Malte, and on the right, a landscape by Marion, attributed for a long time to Cezanne.

On the left now is one of Cezanne’s coastal views—painted most likely between L’Estaque and the le Cote Bleu, where the limestone outcroppings are particularly distinct and highly unusual geologically.

And one more, a remarkable place portrait.

Both of these small etudeswere departures for Cezanne, not only in the technique but also in the geological accuracy of the motifs.

Another body of evidence for Cezanne’s special friendship with Marion is epistolary, in Marion’s letters to another friend in their circle, the musician Heinrich Morstatt—especially after he had moved from Provence to Canstatt—and in the correspondence amongst others in their circle which, as this audience knows, included Emile Zola and Antoine Guillemet.

A fourth rich source is Joachim Gasquet’s book, Cezanne, composed before the first world war. His memoire with conversations is an embellished personal account… In the memoire section, Gasquet wrote several paragraphs concerning Cezanne and Marion which ring truer than many and it includes documentable facts about Marion’s research..as well as an interpretation of the two friends’ communion in nature:(Denis, you will use the original French!

“There was just one friend, Antoine Marion…who came to see him from time to time on a Sunday; set up an easel beside his, drew him back into the world by speaking to him of his own geological work, of his collaborator, the Marquis de Saporta, an Aixois, with whom he was in the process of establishing an important evolutionary theory about the migration of trees from the Polar ice, and the struggle of vegetable species to adapt among themselves. A man of lively mind and cheerful nature, Antoine Marion with brush in hand, would expound Darwinian ideas and speak of his own discoveries…

A fifth resource are the portraits of Marion by Cezanne. At the start, I showed you a pencil sketch—which may have been a study for a larger project.  What you now see is perhaps Cezanne’s best-known portrait of Marion, one which stole many aheart in Paris, London and Washington DC, the three venues of the recent Cezanne Portraits show. It is variously dated with good arguments for the years suggested.  This may have been a study for a larger composition.

And on the other side of the screen is an oil sketch for an intended composition, one that was to be large and painted out of doors,but never completed. Here is Marion the painter setting out for the motif–“the landscape, or course”–as project was described). On the right is Antony Valabrégue, poet, critic of French art.

I would like to introduce another possible portrait of Marion to this audience today, a slight sketch, one could say.  In just a few strokes of the pencil, Cezanne has caught Marion in perhaps a post-prandial nap, “sacked out”, allongé, his left arm under his head and right arm over his eyes, his hat in his lap.  He’s wearing the same shirt, the same vest as in the first sketch I showed. It must be Marion! Regardezsonchevelure!

The final body of evidence for the friendship I will show today—and the primary subject of my recent research—is a number of pages in one of Cezanne’s earliest extant carnets. It is now in Paris. As the authors of the catalogue raisonné argue—Cezanne began using the sketchbook about 1857—and he returned to it from time to time through 1871. As many of you know, there are nineteen extant carnets. These, he kept throughout his life. Marion’s drawings and diagrams in Cezanne’s carnet take on a special importance since it appears that only four other people are known to have drawn in his private sketchbooks: his two sisters, Marie and Rose and his son Paul, when they were youngsters, and Marion.

These pages first came to public attention in 1973 with the publication of Adrian Chappuis’ catalogue of Cezanne’s drawings where they were “associated with” Marion. In 2003 Nina Athanassoglou-Kallmyerattributed them to Marion himself. Some specialists have agreed, but opinions still vary: some believe that they are “by a hand other than Cezanne with information supplied by Marion” or “possibly by Marion.” This author supports the attribution to Marion, based on the subjects and comparison to Marion’s autograph scientific work. I also attribute another page to Marion as well as suggest some new readings and interpretations for the previously known five pages.

[On two pages 9b-10a], Marion sketched out a stratigraphic column over two pages following a then well-established model with the oldest rock units at the bottom and the youngest at the top. He includes most of the major chronostratigraphic units then named, certain lesser chronological units and a selection of rock units. The other pages with previously noted geological imagery by Marion are 21a-b and 27a where are described mountain building processes, some of them generally applicable to and others specific explanations of the Sainte-Victoire, from an origin as the sea floor through to subsequent chapters of uplift, descent, folding and breaching. Briefly, but well-described are the Arc valley, the Plateau of Saint-Marc-Bibémus and the Cengle plateau. In four different places he diagrams or makes notes relevant to the Cengle plateau. I hope you can see the similarities—but also additional details– to Matheron’s cross sections.In addition to the schemata on the five pages previously noted in the literature, this author attributes four other drawings to Marion:

[On 8b,]is a descriptive schematic cross-section of a prehistorically inhabited cave in pale graphite overlain by a (later reed pen composition by Cezanne of c. 1868-71.

[On 9b], E is a phylogenetic or evolutionary tree of life  diagram (oriented north-south)

[On 9b]is also F, a tiny, complex two-part image of a reconstructed skull fragment and a cranial detail to right drawn atop a sketch by Cezanne (oriented east-west).

[on page 21b] Is the fourth previously unnoticed drawing by Marion: a tiny ovalesque image, H, at the top of the page. It is a trilobite fossil.

The phylogenetic tree, D, is an original response to Darwin’s evolutionary ‘chart’ (the only illustration in the Origin of Species), and perhaps related to Marion’s current research. The trilobite, E, could have been the touchstone image for a discussion of the importance of fossils and as a key example of species evolution and mass extinction.

Throughout the pages are underlining and other emphases suggesting that Marion’s diagrams and drawings were illustrations to explanations, even for tutoring. It is not known over how long a period of time they were made, but since there are elaborations of a few topics, among them the earth’s stratigraphy and mountain formation and deformation, a shorter rather than longer period of time is likely. If at the table when explaining mountain building, folding and episodic disturbances, and elaborating on drawings such as diagram U…

[Pot vert et bouilloired’etain (1867–69], …

Marion could have ruched up and down a large napkin or tablecloth, “une nappe,” to make peaks and folds in an explanation of how a series of strata could be formed and moved. Cezanne painted a much-ruched up nappe in a still-life painted at about this time.

[Transactions volume, and detail of Marion’s evidence]

I mentioned Marion’s contemporaneous excavations:

Certainly during 165-67 Marion was busy searching for and excavating in the Bouches du Rhone region. He found remarkable material. The results were first presented on December 19, 1866 at the 33rdCongrèsScientifique de France held in Aixand then published in the CongrèsTransactions in 1867. Marion was just twenty in 1866…and his paper was read by his mentor, Saporta. This brought Marion fame in the region and his work to an international audience. His work is still cited. To put Marion’s paleontological work in context—Marion’s discoveries in the Midi followed on the revolutionary confirmation in 1859 of human antiquity in the Sommes River gravel at Abbeville, discovered by Boucher de Perthes and verified by the British geologist Joseph Prestwick and antiquarian John Evans—evidence ratified by the systematic cave excavations in the early1860s in the Aurginac and Périgord in 1861 by Edouard Lartet and in 1864 by Lartet and Henry Christy.As James Sackett notes, at Abbeville was evidence that humans had “lived alongside now extinct animals in the so-called deep time of geological history”… challenging “how people thought about their place in the scheme of things,”a discovery even rivalling the effect of Darwin’s Origin of the Species published the same year.  And now there was indisputable evidence in the pays d’Aix,

Marion, in his presentation and then in his augmented published paper, discussed a remarkable array of hand-made objects, decorated pottery, a glittering calcite ornament and a variety of stone tools. Marion made comparison to material from the newly published prehistoric sites in the Aurignac and Périgord and correlated the material to the Reindeer Age (the period was named thus by Lartet in 1864) thereby inserting the region on the developing plate of prehistoric Europe.Two of Marion’s hypotheses were stunning. The bones he found at Saint-Marc, he hypothesized, showed evidence of anthropophagy: the crania and other skeletal bones (of at least six young persons) displayed unusual and percussive breakage and of gnawing.Secondly, he argued that the finest worked tools should be considered art. Following his discussion of the Trets material, Marion proposed,

Toutescesparticularités, l’épaisseursipeuconsidérable des lames et leurs fines retouches, dénotentun art déjà assezavancé. Et que l’on ne s’étonne pas de voirle mot artemployé dans cettecirconstance. Au début, nulle distinction n’est possible entre l’ouvrier et l’artiste. Cetteaction seule : devenirouvrier, estartistique et comporte legénie. Une histoire des origines de l’art, pour êtrecomplète,devra se préoccuperd’abord de la taille des instruments del’hommeprimitif, avant de considérer les remarquablesgravures qu’ilsonttraces.’

 

“All these particularities—the considerably minor thickness of the blades and their fine retouchings—denote an art already quite advanced. One should not be surprised to see the word art used in this context. In the beginning, to draw a distinction between worker and artist is impossible…to become a worker is an artistic act and requires genius. A history of the origins of art, in order to be complete, must preoccupy itself first of all with the form of the tools used by “l’homme primitive” before considering the remarkable images they have graved.”

The reference to ‘remarkable images’ is to the reindeer horn and mammoth tusks graved with animal imagery, so-called ‘mobiliary art’ such as those published in 1864 by Edouard Lartet and Henry Christy. Marion’s argument was clear, “l’homme primitive,” was a worker-artist and their stone tools were art. Their form must be considered in a composing the history of the origins of art.

Cezanne (and Valabrègue and Baille among their other friends) could have visited one or more of Marion’s 1865-67 paleontological excavations in the region. And since it is documented that after his lecture, Marion “passed under the eyes of the audience the diverse objects [Marion] had discovered as a result of his research,” we might imagine that his friends also saw (and even handled) Marion’s finds first-hand. What was the impact on his friends of Marion’s human paleontological evidence, his new views on prehistoric art, his drawings, and his state-of-the-question currency with contemporary theories and methods?

At the same Congrès, the papers of two other members of Cezanne’s circle of friends were presented to the public, one by Zola and the other by Baille. They were not in attendance; their papers were read. Their participation has not been noted before in the literature on Cezanne or Zola or Baille—and is a result of my new research. Zola’s Mémoire was presented in a session on ‘the novel, a definition of this genre of literature, and its history in antiquity and early Christianity.’51 Baille’s was read by (and commented on) in a session addressing the new question of electricity as a driving force, “force mortice” by the distinguished engineer, M. Villot, Since Zola knew in advance that would not be in Aix for the he wrote to Valabrègue requesting that he attend and report back on the audience’s reaction.

Now….Let us go back in time to December 22, 1866….the evening after the end of the Congrès… Cezanne was in Aix that December and must have followed the news of his friends’presentations–And ..perhaps, let us imagine  there may have been a celebratory December dinner:even at the Jas du Bouffan, attended by Cezanne, Marion, and Valabrègue with glasses raised to Baille and Zola.

 

Traduction

« A mon excellent ami, Paul Cezanne »

(dédicace de Fortuné  Marion en 1869 dans un ouvrage sur la désignation d’une nouvelle espèce)[1] La traduction donnée n’engage que le traducteur ( Denis Coutagne). Seul le texte anglais engage l’auteur.

Amphistenus Pauli, tel est le nom que Marion a donné à une espèce de nématode marin non parasitaire, objet de sa thèse qui fut primée. Cette dédicace n’est que l’une des nombreuses preuves dont nous disposons aujourd’hui pour rendre compte d’une amitié très importante entre Paul Cezanne et Fortuné Marion, particulièrement dans les années  1865-1871.

L’année dernière, je me suis beaucoup intéressé au sujet Cezanne et la géologie, ce qui m’a conduit tout de suite à l’amitié entre Cezanne et Marion, lequel s’avère un véritable scientifique dans la France de la fin du XIXe siècle.

 Courte biographie de Marion.

Marion a de sept ans de moins que Cezanne. Comme ce dernier, il fréquente le collège Bourbon où il obtient son baccalauréat ès lettres à 16 ans en 1862. Venu à Marseille poursuivre ses études à la Faculté des Sciences, il commence à travailler en tant que préparateur. Il obtient en 1869 quatre autres diplômes en sciences. Il commence à travailler en paléontologie, puis étudie et publie de nombreux ouvrages sur la paléobotanique et la zoologie. À la fin de sa vie, en 1900, il est Directeur du musée d’histoire naturelle de Marseille, fondateur du laboratoire de biologie marine d’Endoume. Il a  beaucoup publié, il est beaucoup cité et fut décoré pour ses travaux sur la biologie marine et le phylloxéra.

Marion dessinateur

Il y a quelques minutes, vous avez vu, projeté sur l’écran, le fameux nématode – document extrait de la publication de 1870 du mémoire de Marion, dont nous avons un exemplaire à Washington, au Smithsonian. L’illustration a été réalisée par Marion lui-même. Son mentor, le célèbre naturaliste le comte Gaston de Saporta, considérait Marion comme «un habille dessinateur».

Les preuves de l’amitié Cezanne/Marion

Les preuves existantes de l’amitié entre Marion et Cezanne sont multiples. Nous disposons de sources variées.

  • Première source : la peinture de Marion elle-même.

Marion était soucieux de représenter le paysage et peignit aux côtés de Cezanne pendant au moins deux ans, probablement à partir de 1865. Durant cette  même période, Marion menait des fouilles dans la région, à la recherche de preuves paléontologiques de la présence des premiers hommes. En voici quelques exemples  projetés sur l’écran[2]Parmi les peintures de Marion, il en subsiste une en couleur ; les autres ne sont malheureusement connues que par des photos en noir et blanc. Mais cela donne une idée  de son travail pictural… : à gauche, une vue de St Jean de Malte par Marion et à droite, un paysage longtemps attribué à Cezanne.

  • Deuxième source : la peinture de Cezanne attestant un regard « géologique » : à gauche, l’une des vues de Cezanne sur la côte, peinte probablement entre L’Estaque et la Côte Bleue, où les affleurements calcaires sont particulièrement distincts et géologiquement inhabituels.

Voici encore un « portrait » d’un endroit remarquable.

Ces deux petites études étaient des points de départs pour Cezanne, non seulement sur le plan technique, mais également sur le plan géologique tant les motifs sont observés avec précision.

  • Troisième source : les lettres.

L’amitié privilégiée de Cezanne avec Marion s’exprime encore de façon épistolaire. On la voit transparaitre dans  les lettres de Marion à un autre ami de leur entourage, le musicien Heinrich Morstatt – surtout après son déménagement de Provence à Canstatt – et bien entendu dans les échanges entre Emile Zola et Antoine Guillemet, lesquels appartiennent au cercle des amis.

  • Quatrième source, fort importante : le livre de Joachim Gasquet, Cezanne, composé avant la Première Guerre mondiale, quoique  publié en 1920.

La mémoire du poète a pu embellir la réalité des conversations à travers un récit personnel…Mais  dans la section « Mémoires », Gasquet écrivit, concernant Cezanne et Marion, plusieurs paragraphes qui semblent plus vrais que de nombreux autres textes. Il apporte par ailleurs des informations sur les recherches  en cours de Marion.  Gasquet  traduisait encore combien les deux amis  se voulaient en communion avec la nature.

Seul un ami, Antoine Marion, professeur à la Faculté des sciences de Marseille et conservateur du museum d’histoire naturelle, vient le voir, le dimanche, de loin en loin, dresse un chevalet à côté du sien, le rattache au monde, en lui parlant de ses travaux géologique, d’un aixois, le marquis de Saporta, son collaborateur avec lequel il est entrain d’établir la grande hypothèse évolutive de la migration des arbres devant les froids du pôle, de la lutte des espèces végétales s’adaptant entre elles. Esprit vif, tempérament clair, Antoine Marion expose, le pinceau à la main, les idées darwiniennes, la découverte  qu’il a faite, au pied de la Sainte-Victoire de squelettes d’anthropoïdes[3]Joachim Gasquet, Cezanne,  Encre marine (édition de 2002 p. 151-152

  • Les portraits de Marion par Cezanne constituent une cinquième source.

Au début, je vous ai montré un croquis au crayon, qui aurait pu être une étude pour un projet plus vaste. Ce que vous voyez maintenant est peut-être le portrait le plus connu de Cezanne, celui de Marion, qui a attiré beaucoup de regards à Paris, Londres et Washington DC, c’est-à dire aux trois lieux de la récente exposition des Portraits de Cezanne. Il est diversement daté avec de bons arguments pour les années suggérées. Il peut avoir été une étude pour une composition plus grande.

De l’autre côté de l’écran se trouve une esquisse à l’huile, soucieuse d’une composition déjà arrêtée. Elle est peinte à l’extérieur, mais jamais achevée. Voici Marion, peintre partant pour le motif – “le paysage ou le parcours” – selon la description du projet. À droite, Antony Valabrègue, poète, critique d’art français.

J’aimerais présenter au public d’aujourd’hui un autre portrait possible de Marion, un léger croquis, pourrait-on dire. En quelques coups de crayon, Cezanne a surpris Marion au cours d’une sieste appesantie. Le modèle dispose son bras gauche sous la tête et met son bras droit sur ses yeux ; son chapeau sur ses genoux. Il porte la même chemise, le même gilet que dans le premier croquis que j’ai montré. Ce croquis, à mon sens  ne peut être que le portrait Marion ! Regardez sa chevelure !

Premiers carnets de Cezanne

Le dernier ensemble de preuves de l’amitié des deux hommes que je vais montrer aujourd’hui – c’est là le principal sujet de mes recherches récentes – est constitué de plusieurs pages de l’un des premiers carnets connus de Cezanne. On est maintenant à Paris. Comme le soutiennent les auteurs du catalogue raisonné – Cezanne a commencé à utiliser le carnet de croquis vers 1857 – et il y est revenu de temps en temps jusqu’en 1871. Comme beaucoup d’entre vous le savent, il existe dix-neuf carnets qu’il a gardés toute sa vie. Les dessins et les diagrammes de Marion insérés dans le carnet de Cezanne ici pris en compte revêtent une importance particulière ;  quatre autres personnes seulement ont, que l’on sache, dessiné dans ses carnets de croquis privés : ses deux sœurs, Marie et Rose et son fils Paul, lorsqu’ils étaient jeunes. Ici Marion le fait.

Ces pages ont d’abord attiré l’attention du public en 1973 avec la publication du catalogue de dessins de Cezanne par Adrian Chappuis dans lequel ils étaient «associés» à Marion. En 2003, Nina Athanassoglou-Kallmyer les attribua à Marion lui-même. Certains spécialistes sont d’accord avec elle, mais des avis divergeant sont apparus : certains pensent que ces dessins sont « d’une autre main que celle de Cezanne  à partir d’informations données par Marion» ou «éventuellement de Marion». L’auteur de ces lignes appuie l’attribution à Marion en raison des sujets et de la comparaison avec le travail scientifique autographe de Marion lui-même. J’attribue également une autre page à Marion et suggère de nouvelles lectures et interprétations pour les cinq pages précédemment connues.

[Sur les pages 9b à 10a], Marion a esquissé une colonne stratigraphique sur deux pages suivant un modèle bien établi avec les unités de roche les plus anciennes en bas et les plus jeunes en haut. Il inclut la plupart des principales unités chrono-stratigraphiques alors nommées, certaines unités chronologiques moins importantes et une sélection d’unités rocheuses. Les autres pages avec des images géologiques précédemment notées par Marion sont les pages 21a-b et 27a où sont décrits des processus de construction de montagne, certains d’entre eux s’appliquant à la Sainte-Victoire : de  nouvelles explications spécifiques sont apportées dans un esprit synthétique. A l’origine était la mer avec un fond océanique. Suivent des phases comme des chapitres appelés soulèvement, descente, pliage et rupture. La vallée de l’Arc, le plateau de Saint-Marc-Bibémus et le plateau du Cengle sont brièvement décrits. À quatre endroits différents, Marion écrit des notes relatives au plateau du Cengle. J’espère que vous pourrez voir les similitudes, mais aussi des détails supplémentaires, aux coupes transversales de Matheron. Outre les schémas des cinq pages précédemment citées dans la littérature, cet auteur attribue quatre autres dessins à Marion :

Soit la page [8b,] marquée d’un graphite pâle : elle représente une coupe schématique, assez descriptive d’une grotte habitée à l’époque préhistorique. Ce dessin  se voit  surplombé par une composition ultérieure en plume de roseau de la main de Cezanne, vers 1868-1871.

[Sur 9b], E est un diagramme d’arbre de vie phylogénétique ou évolutif (orienté nord-sud). [Sur 9b] F est aussi, une image en deux parties minuscule et complexe d’un fragment de crâne reconstruit et d’un détail crânien à droite dessiné au sommet d’un croquis de Cezanne (orienté est-ouest).  [à la page 21b] (H) est le quatrième dessin de Marion précédemment passé inaperçu : une petite image en ovale, en haut de la page. C’est un fossile de trilobite.  L’arbre phylogénétique, D, constitue une réponse originale au «diagramme» évolutif de Darwin (la seule illustration de l’origine des espèces). Il peut être liée aux recherches contemporaines de Marion. Le trilobite, (E), aurait pu être la pierre de touche pour une discussion sur l’importance des fossiles traduisant l’évolution des espèces et de leur extinction massive.  Tout au long de ces  pages, des mots sont soulignés et d’autres accompagnent les schémas et les dessins de Marion comme s’ils étaient des explications, de maître à élève. On ne sait pas sur combien de temps ils ont été réalisés, mais, comme il existe plusieurs thèmes, dont la stratigraphie de la Terre et la formation et la déformation de la montagne, il est probable que cette période soit relativement courte.   Tout se passe comme si vous étiez attablés pour expliquer la construction de la montagne, les plissements et les perturbations épisodiques, tout en griffonnant des dessins tels que le diagramme U. Marion pourrait avoir arrangé une grande nappe ou serviette, «une nappe», pour faire des sommets  et des plis afin d’expliquer comment des strates en série pouvait être formées et Cezanne a peint une nappe ainsi arrangée dans le cadre d’une nature morte peinte à peu près à cette époque : [Pot vert et bouilloire d’étain (1867-1869],…  J’ai mentionné les fouilles contemporaines de Marion. Assurément, entre 1865 et 67, Marion était occupée à chercher et à fouiller dans la région des Bouches du Rhône. Il a trouvé un matériel remarquable. Les résultats ont été présentés pour la première fois le 19 décembre 1866 lors de la 33ème Conférence scientifique de France à Aix et publiés ensuite dans les comptes-rendus du Congrès en 1867. Marion n’avait que vingt ans en 1866… et son article était lu par son mentor, Saporta. Cela a rendu Marion célèbre dans la région et son travail accessible auprès d’un public international. Son travail est alors toujours cité. Pour mettre en contexte le travail paléontologique de Marion – les découvertes de Marion dans le Midi ont suivi la confirmation, révolutionnaire en 1859, d’une présence humaine dans le gravier de la rivière Sommes à Abbeville, découverte faite par Boucher de Perthes et vérifiée par le géologue britannique Joseph Prestwick et l’antiquaire John Evans – preuve ratifiée par les fouilles systématiques de grottes au début des années 1860 à Aurignac et de l’année 1861 en Périgord par Edouard Lartet et en 1864 par Lartet et Henry Christy.              Comme le note James Sackett à Abbeville, il était évident que des hommes avaient «vécu avec des animaux aujourd’hui disparus dans un temps lointain de l’histoire géologique»… C’était là un défi pour savoir «comment les gens pensaient en leur lieu selon l’ordre des choses» ? Cette découverte allait même au-delà de l’impact  que  l’Origine des espèces de Darwin, publiée la même année, avait eu.  Et voilà  que des preuves incontestables dans le pays d’Aix apparaissaient Marion, dans son intervention puis dans son article publié et augmenté, a présenté un ensemble remarquable d’objets fabriqués à la main, de poteries décorées, un ornement en calcite scintillant et une variété d’outils en pierre. Marion a comparé les matériaux des sites préhistoriques récemment publiés d’Aurignac et du Périgord et les a mis en corrélation avec l’âge du renne (la période a été nommée ainsi par Lartet en 1864), rattachant la région à l’Europe préhistorique. Deux des hypothèses de Marion   étaient innovantes. Selon lui, les os trouvés à Saint-Marc témoignaient d’une anthropophagie : le crâne et d’autres os du squelette (d’au moins six adolescents) présentaient des cassures inhabituelles, ainsi que des rongements. En second, il argumentait que les outils finement décorées devaient être considérées comme des œuvres d’art. Suite à sa discussion sur le matériel de Trets, Marion propose :              «Toutes ces particularités – l’épaisseur considérablement mineure des lames et leurs fines retouches – dénotent un art déjà assez avancé. Il ne faut pas être surpris de voir le mot art utilisé dans ce contexte. Au début, il est impossible de faire la distinction entre ouvrier et artiste… Devenir ouvrier est un acte artistique qui requiert du génie. Une histoire des origines de l’art, pour être complète, doit avant tout se préoccuper de la forme des outils utilisés par «l’homme primitif» avant de considérer les images remarquables qu’ils ont gravées ».

La référence à des « images remarquables » s’applique aux cornes de mammifère et aux défenses de mammouth gravées, appelées «œuvres d’art mobiliaire» telles que celles publiées en 1864 par Edouard Lartet et Henry Christy. L’argument de Marion était clair: «L’homme primitif» était un artiste-ouvrier et ses outils de pierre étaient de l’art. Leur forme doit être considérée de manière à composer l’histoire des origines de l’art.

Cezanne (et Valabrègue et Baille parmi leurs amis) aurait pu se rendre dans une ou plusieurs des fouilles paléontologiques menées par Marion dans la région en 1865-1867. Et comme il est documenté qu’après sa conférence, Marion «a passé sous les yeux du public les divers objets qu’il avait découverts grâce à ses recherches», on pourrait imaginer que ses amis ont également vu (et même manipulé) les trouvailles de première main de Marion. Quel a été l’impact sur ses amis des preuves paléontologiques humaines de Marion, de ses nouvelles conceptions sur l’art préhistorique, de ses dessins et de son actualité avec les théories et les méthodes contemporaines ? Au même Congrès, les papiers de deux autres membres du cercle d’amis de Cezanne ont été présentés au public, l’un par Zola et l’autre par Baille. Ils n’étaient pas présents ; leurs papiers ont été lus. Leur participation n’a jamais été remarquée dans la littérature sur Cezanne, Zola ou Baille – et résulte de mes nouvelles recherches. Le Mémoire de Zola a été présenté lors d’une session sur «le roman, une définition de ce genre de littérature et de son histoire dans l’Antiquité et le christianisme primitif». Baille a été lu (et commenté) dans une session abordant la nouvelle question de l’électricité comme «force motrice» par M. Villot, ingénieur distingué. Zola savait d’avance qu’il ne serait pas à Aix car il écrivait à Valabrègue pour lui demander d’assister à la séance et de lui rendre compte de la réaction du public. Revenons maintenant dans le temps jusqu’au 22 décembre 1866, le soir qui a suivi la fin du Congrès… Cezanne était à Aix en décembre et a dû suivre la nouvelle des présentations de ses amis – Et… on peut imaginer qu’il y a peut-être eu un dîner pour célébrer l’événement,  et pourquoi pas au Jas du Bouffan, en présence de Cezanne, Marion et Valabrègue avec des toasts portés en hommage à Baille et Zola.

 

Références   [ + ]

1. La traduction donnée n’engage que le traducteur ( Denis Coutagne). Seul le texte anglais engage l’auteur.
2.Parmi les peintures de Marion, il en subsiste une en couleur ; les autres ne sont malheureusement connues que par des photos en noir et blanc. Mais cela donne une idée  de son travail pictural…
3.Joachim Gasquet, Cezanne,  Encre marine (édition de 2002 p. 151-152