Colloque “Cezanne, Jas de Bouffan — art et histoire”, 21-22 septembre 2019

The Challenges Ahead

Conférence en ligne

Jayne Warman

Jayne Warman is an independent art historian, international lecturer, consultant and author, all linked to her four-decade study of the French painter Paul Cezanne.  She worked with the late John Rewald from 1979 until his death in 1994 on two of his catalogues raisonnés – Paul Cézanne: The Watercolors (1983) and Paul Cézanne: The Paintings (1996).  More recently Ms. Warman and her colleagues, Walter Feilchenfeldt and David Nash, launched an online catalogue raisonné of Cezanne’s paintings in November 2014 and added in January 2019 the artist’s works on paper.

Ms. Warman has been Vice-President of the Société Paul Cezanne since its inception in 1998

 Contenu de sa communication 

Les enseignements et travaux sur Cezanne marquent, au niveau international, le pas.  La mise en œuvre du Jas de Bouffan, intégrant le CCRD  relance la place de Cezanne  dans l’histoire de l’art, faisant d’Aix-en-Provence le centre de gravité des projets et études cézanniens futurs.

Walter Feilchenfedt, David Nash et moi avons  poursuivi les travaux de John Rewald et mis en place un catalogue raisonné de toute l’œuvre de Cezanne en ligne  (The Paintings, Watercolors and Drawings of Paul Cezanne, An online catalogue raisonné under the direction of Walter Feilchenfeldt, Jayne Warman and David Nash).

Il nous revient dans le futur d’unifier nos efforts : nul doute que le CCRD projeté et la dynamique dont le « Jas de Bouffan »  est le signe sont les gages d’un  renouvellement dans la connaissance de l’œuvre de Cezanne  et d’engagements de travaux futurs…

La communication fait le point sur ces travaux (en référence à John Rewald) et ces enjeux futurs.

N.B. : on trouvera une traduction de cet article à la suite du texte anglais.

In the last ten years, our Cezanne team has worked very closely together with our database/web designers to produce a vehicle that would make it easier for scholars and laypersonsto study and better appreciate this extraordinary and enigmatic artist.  To accomplish this task, it was necessary for our small team to record and systematize enormous amounts of detail gleaned from four separate catalogues raisonnés published (as you see here) in 1936, the first bona-fide catalogue by Lionello Venturi,Adrien Chappuis’ groundbreaking catalogue of the artist’s drawings in 1972, and, in1983 and 1996, John Rewald’s catalogues of Cezanne’s watercolors and paintings respectively.  In November 2014 we launched the first online catalogue of the artist’s paintings and in January of this year – Cezanne’s 180th birthday – we added the works on paper. Our goal was to present this material in a way that would allow the user to see the principal descriptors at a glance, to retrieve images and to study the artist’s work from many different perspectives – by motif, by date, by size, by collection (past and present)– and further – to make it possible to virtually recreate exhibitions with the works in relative size, or to reconstruct the artist’s sketchbooks asthey may have been bound originally.Providing links to early primary source material, such as periodicals and newspapers, and linking reviews of exhibitions and of books was an important addition to the website.  We feel that our interactive online catalogue combines most, if not all, of these features. It also has the distinct advantage of providing visual connections that cannot be readily made in a printed edition.

That said, we still have a great deal to accomplish in the next four years, at which time we will hand over the project to another entity and hopefully to the next generation of Cezanne scholars.  In the meantime, we plan to add more features and links to the current catalogue:  commentary, chronology, letters, archival material and more.

We are also acutely aware that the current catalogue requires further research and verification of many entries. Often enough the research leading up to these changes – confirming a provenance, or identifying a work in an exhibition – can take much longer than you can imagine to sort itself out, if at all.  But with the Internet, new research and the availability of more and more primary source material, we can continue to inch towards a clearer understanding of Cezanne’s life and art.

Still, there are challenges ahead.

First and foremost is to locate the pictures and to acquire good images of the works.  For the most part, we have had favorable relationships with colleagues and Cezanne scholars over the years who have graciously given of their time and expertise. Unfortunately, we also find ourselves confronted with unhelpful curators and private owners, who don’t bother to answer our queries.  Auction houses and dealers, perhaps understandably, refuse to divulge their buyers’ names and often will not forward our letters asking how the owners would like to be listed in the catalogue.  As a result, our work is hampered and we are left with gaps in our entries.  There are, of course, exceptions.  Obviously, if we are unable to find a work, we are also unable to physically examine it to determine if it should remain in the Cezanne canon – or not.

This situation leads us to our most significant challenge  – indeed one of the principal purposes of a catalogue raisonné – authentication.  We have already added over 100 previously unknown works on paper to Cezanne’s oeuvre – and no doubt many more will come to light.  Here are two examples of a drawing and a watercolor that were discovered on the verso of recorded works when they were unframed. The drawing at left is in the Barnes Foundation in Philadelphia and the watercolor at right is held in the museum in Ulm, Germany.  There are approximately 500 works that we have not seen.  Of these, nearly 200 are listed as whereabouts unknown.  Some were, of course, destroyed during the Second World War, but most have simply disappeared. We have given these works,which are recorded by either Venturi, Chappuis and/or Rewald,a “traditionally attributed” designation, or TA after our number. Once we have seen the original pictureand agree that it is genuine, the TA is removed.  If, in our opinion, the work is not by the artist, we remove the FWN number altogether, although we feel it our obligation to acknowledge its place [presence] in previous catalogues. We have downgraded forty previously accepted paintings and drawings and have our suspicions about others.

Just as art collecting has become a highly commodified business, so has authenticating works of art.  Unlike other experts, we do not charge a fee for our opinion or expertise in order to prevent any notionthat we would serve the market interests for our personal or monetary gain. Like our predecessors, we feel it is our duty to foster and protect Cezanne’s legacy and not be beholden to the art market.

I would like to reiterate here what Monsieur Coutagne expressed this morning during his conférence on the mission of the Centre de Recherche, that is, how the work of the catalogue raisonné team and the work of the Société necessarily complement each other even as our main focuses may differ.   Our main responsibility is the authentication of works presented to us. The Société’s responsibility is to promote Paul Cezanne, his place in the history of art and in culture, but not authentication.  [Of course, certain fields of study will overlap and it is up to us all to coordiinate our individual forms of expertise and our research.]

Our third challenge is one that has been and continues to be the subject of numerous studies over the last 100 or so years, some more credible than others – that is, assigning dates to Cezanne’s oeuvre.  Now that the artist’s known paintings and works on paper have been united under one [umbrella, cover], we find ourselves in a better position to date them.  We have, so far, adopted Rewald and Chappuis dates, with some corrections, until we can further analyze the relationships of different subjects and mediums.

Thanks to the investigative research of Cezanne’s chronology by our Société members Isabelle Cahn, Denis Coutagne, François Chédeville, Raymond Hurtu, and the late Alain Mothe, to name a few, we can now more securely identify not only the whereabouts of the artist but when and where a work may have been executed.  Our plan is to fit together this puzzle over the next few years and to re-publish online a comprehensive and illustrated chronology incorporating the important discoveries of the persons I have just mentioned as well as our own.  No doubt, however, the subject of Cezanne’s chronology and the dates of his individual works will torment scholars in perpetuity! As we know, Cezanne was not an artist easily categorized.

Another challenge that we face is how best to incorporate the astonishing volume of innovative ideas and interpretive essays that have been published in the last 10 to 15 years.  Manyare set forthin exhibition catalogues that have examined Cézanne’s influence on the painters who knew and followed him; or have focused on the artist’s studios of the North and South, as new Cezanne sites have been identified; and most recently on specific aspects of Cezanne’s oeuvre such as his portraits or his sketchbooks and works on paper.  In addition, the Société’s website publishes many thoughtful and well-researched articles written by independent scholars and members of the Société itself.  It is our [challenge] to read these often complex articles and to decide how much of the content and specific findings we can and should include on our own website. Furthermore,since our catalogue is essentially a database – an interactive and visual one at that – it requires a format quite different from a monograph or essay in an exhibition catalogue.  That material needs to be “translated” and synthesized into a format that works with our system.  I am sure that an interconnection between the two can be accomplished, possibly in the form of comprehensive explanatory notes for each publication.

Perhaps the biggest challenge is one that may not affect us specifically during the next phase of our project, but willimpact the future ofthe catalogue raisonné – Cezanne scholarship and connoisseurship.  It would appear that universities and their art history students have left ourCezanne behind.Contemporary, digital, and ephemeral art, largely driven by the market, have displaced the study of 19th and early 20th century art. This period in art history, it seems, is not seductive enough for most young people to pursue. And yet, there continues to be a thirst by the general public for exhibitions that focus on 19th and 20th century art – and Cezanne in particular.

Connoisseurship, on the other hand, which requires years ofstudying an artist and looking carefully at individual works, as well as possessing a certain innate penchant – is indispensable for our work. To look at art with open eyes is the basis of our entire work. Nowadays connoisseurship, such as it is, is supported by technical analyses – tests of the canvas, the brushstroke. These disciplines can support connoisseurship but not replace it.

A recently published article [in Business Insider] indicated that millennials, for example, are buying art online without looking at the original work – and they are turning to “art flipping” and to acquiring art purely as an investment!  These practices and dubious judgements of quality are certainly at odds withthe object-based examination of hundreds of works by an individual artist that has been the mainstay of catalogue raisonné scholars. As one of my colleagues has rightly asserted, we are not willing to accept this unfortunate state of affairs.  Connoisseurship is still an important part of handling Cezanne’s work, indeed any artist’s work, and we must try to engender a revival at this moment – all of us.

One notable exception is the extraordinary and pioneering work on Cezanne’s works on paperassembled by Fabienne Ruppen, whose doctoral thesis will be published online, I am told, in the coming months – and the sooner the better! To incorporate her highly detailed and crucial findings into our database will be amonumental task for us, but will nevertheless enhance not only our website, but, more importantly, an in-depth analysis of Cezanne’s graphic work based on careful examination of material, technical and stylistic properties.

All of the challenges that I have touched upon will no doubt be tested and progress made.  Advances in technology – still a big unknown – will certainly be a factor and will also determine how effectively that progress is accepted and received.  The advent of the Internet alone has changed the way we research.

***

The Cezanne online catalogue raisonné is an organic, living document and must be kept active for the years to come or it will become obsolete like most printed catalogues.  We are therefore determined to find an entity that will continue this vital work.  The forthcoming CCRD would seem a logical place to ensure the continuation and update of the catalogue, but before we can make a final decision, the center must be firmly established with a clear strategy to draw young scholars to the Cezanne “family.”

Furthermore, the town of Aix-en-Provence – where Cezanne spent most of his life and painted most of his pictures – should become the worldwide, recognized center for Cezanne studies. The Musée Granet, where the recently rediscovered large painting of Montagne-Sainte-Victoire will be shown periodically with their increasing collection of works by Cezanne, the Jas de Bouffan and La Ferme, L’Atelier des Lauvesand La Carrière de Bibémus, all under the administrative leadership of ‘La Ville d’Aix’ and the artistic leadership of  ‘La Société Cezanne’ and the Centre de Recherche, should praise the heritage of the artist.  After all, Paul Cezanne is one of the most important artists of the 19th Century and, by most accounts, the recognized father of Modern Art.

How can we work with the Société and the future Centre de Recherche?  And what suggestions and questions do we have going forward?

  1. Of paramount importance is to continue our collaboration and to openly share information. After all, we are all working toward the same goal of preserving Cezanne’s legacy. The membership of the Société represents the greatest concentration in the world of Cezanne scholars and curators who have organized ambitious and thought-provoking exhibitions.  Our catalogue raisonné team has contributed to each of these exhibitions asconsultants, authors, lenders or as intermediaries between lender and venue.  Dialogue between Société members and the catalogue raisonné team should continue as it has in the past.  We are open to suggestions and/or corrections to our database, indeed we rely on them. With over 3,300 individual works, 2500 owners, 2,000 exhibitions and 3,300 publications, there are bound to be errors and omissions.
  2. Archival materials, whether digital or original or facsimile, that are relevant to Cezanne study, should be a primary source of research in the new Centre de Recherche. We have just heard from Antony Marschutz and Michela Bassu, who represent two significant archives and who have shared the rich relationship that Leo Marschutz and Lionello Venturi had with this region.  We can only hope, too, that John Rewald’s papers, held in Washington, D.C., will be digitized and that Ambroise Vollard’s extraordinary archive, held at the Musée d’Orsay in Paris, will be made available online.  These archives have been mined over the years, but they still hold many secrets.
  3. The study center should consider offering a fellowship or internship for a young student who is interested in pursuing a career in Cezanne study, perhaps working alongside a visiting member of the Société, who would act as a mentor. Special projects might capture their interest enough to continue with Cezanne research.
  4. With our international membership and global reach, the Centre de Recherche and Société might also consider co-sponsoring colloquia in countries or cities other than Aix. My colleague, David Nash, has noted that Japan holds an enormous number of Cezanne’s paintings; Spain has only one; Italy, Belgium and Holland have very few; but the Qatari Royal family has acquired more than 20 major oil paintings and an unknown number of works on paper.  For the time being it is unclear when – if ever – these works will be shown to the general public.   Our Société member, Takanori Nagäi, has organized several symposia in Kyoto on Cezanne subjects – and hopefully will continue to do so.  So, why not find a way for the Société to celebrate the “hidden” collection in Doha with an international symposium?

In closing, I would like to emphasize that The Paintings, Watercolors and Drawings, an online catalogue raisonné, is the product of over a century of efforts by our predecessors and by our present team. It is a crucial foundation from which scholars and students of art can better understand Cezanne and his art. It will be equally crucial for the Société and more specifically, the Centre de Recherche Cezanne, to carry his legacy well into the future.

 

Traduction[1]Cette traduction assumée par Denis Coutagne ne peut être tenue comme la référence de l’intervention de Jayne Warman. Seule la version anglaise engage l’auteure.

            Au cours des dix dernières années, notre équipe Cezanne a travaillé en étroite collaboration avec nos concepteurs de bases de données et de sites Web pour créer un outil au service des chercheurs et des non-initiés pour étudier et mieux apprécier cet artiste extraordinaire et énigmatique. Pour accomplir cette tâche, il était nécessaire que notre petite équipe enregistre et traite une quantité énorme d’informations à partir de quatre catalogues raisonnés distincts (comme vous le voyez là ) à commencer par le catalogue de 1936 établi avec une grande honnêteté, par Lionello Venturi, puis le catalogue des dessins de l’artiste publié en 1972 par un pionnier en la matière, Adrien Chappuis. Viennent ensuite les deux catalogues de John Rewald, celui des aquarelles en 1983 et celui des peintures en 1996. En novembre 2014, nous avons lancé le premier catalogue en ligne des peintures de l’artiste et en janvier de cette année – pour le 180e anniversaire de Cezanne – nous avons ajouté les œuvres sur papier. Notre objectif était de présenter ce matériel de manière à permettre à l’utilisateur de voir les principaux documents en un coup d’œil, de récupérer des images et d’étudier le travail de l’artiste sous différentes perspectives – par motif, par date, par taille, par collection (passé et présent) – et plus encore – pour permettre de recréer virtuellement des expositions avec des œuvres de taille relative, ou de reconstituer les carnets de croquis de l’artiste tels qu’ils étaient reliés à l’origine. S’ajoutent dans le site Web les critiques d’expositions et de livres Nous pensons que notre catalogue en ligne interactif combine la plupart, voire la totalité, de ces fonctionnalités. Il présente également l’avantage de permettre des liens visuels difficiles à établir dans une édition imprimée.

            Cela dit, nous avons encore beaucoup à faire au cours des quatre prochaines années. Ce sera alors le temps de confier le projet à une autre entité et, espérons-le, à la prochaine génération d’érudits de Cezanne. En attendant, nous prévoyons d’augmenter les possibilités de travail que fournit ce catalogue en ligne en ajoutant des fonctionnalités nouvelles, en permettant d’autres liens, en augmentant le contenu scientifique : commentaires, chronologie, lettres, documents d’archives, etc.

Nous sommes également conscients que le catalogue actuel nécessite de nouvelles recherches et la vérification de nombreuses entrées. Souvent, la recherche menant à des changements possibles – confirmation de la provenance ou identification d’une œuvre dans une exposition – peut prendre beaucoup plus de temps que prévu (vous ne l’imaginez pas !). Mais avec Internet, ces nouvelles recherches peuvent s’appuyer sur des sources de première importance rendues disponibles : nous pouvons alors progresser vers une compréhension plus claire de la vie et de l’art de Cezanne. Néanmoins, il reste des défis à relever.             Il faut avant tout localiser les images et acquérir de bonnes reproductions des œuvres. Pour l’essentiel, nous avons établi des relations privilégiées avec des collègues et des spécialistes de Cezanne qui ont gracieusement donné de leur temps et de leur expertise. Malheureusement, nous nous trouvons également confrontés à des Conservateurs peu coopératifs et à des propriétaires privés, qui ne se donnent pas la peine de répondre à nos questions. Les maisons de vente aux enchères et les revendeurs, peut-être avec raison, refusent de divulguer les noms de leurs acheteurs et ne répondent souvent pas à nos lettres pour demander comment les propriétaires aimeraient être répertoriés dans le catalogue. En conséquence, notre travail est entravé, ce qui se traduit par des lacunes dans nos entrées. Il y a, bien sûr, des exceptions. Évidemment, si nous sommes dans l’incapacité de trouver la localisation d’une œuvre, nous ne sommes pas non plus en mesure de l’examiner physiquement et déterminer si elle doit rester, ou non, dans le catalogue de Cezanne.

C’est là le défi majeur auquel nous sommes confrontés puisque l’un des objectifs principaux d’un catalogue raisonné est l’authentification. Nous avons déjà ajouté, au catalogue Cezanne, plus de 100 œuvres sur papier, auparavant inconnues. Nul doute que de nombreuses autres œuvres apparaîtront en pleine lumière. Voici par exemple deux exemples de dessin et d’aquarelle découverts au verso d’œuvres enregistrées alors qu’elles étaient encadrées. Le dessin à gauche est dans la Fondation Barnes à Philadelphie et l’aquarelle à droite est conservée au musée d’Ulm, en Allemagne. Il y a environ 500 œuvres que nous n’avons pas vues. Sur ce nombre, près de 200 sont répertoriées comme étant inconnues. Certaines ont bien sûr été détruites pendant la Seconde Guerre mondiale, mais la plupart ont tout simplement disparu. Nous avons donné à ces œuvres, qui sont enregistrées soit par Venturi, Chappuis et / ou Rewald, une désignation “traditionnellement attribuée” ou TA après notre numéro. C’est seulement après avoir vu une photo originale de l’œuvre, et après avoir convenu qu’elle est authentique, que le TA est supprimé. Si, à notre avis, l’œuvre n’est pas de l’artiste, nous supprimons complètement le numéro FWN, bien que nous nous sentions obligés de reconnaître sa place dans les catalogues précédents. Nous avons ainsi rétrogradé quarante peintures et dessins précédemment acceptés et avons des doutes sur d’autres.

            Tout comme la collecte d’œuvres d’art est devenue une activité hautement banalisée, il en va de même de l’authentification des œuvres d’art. Contrairement à d’autres experts, nous n’exigeons aucun frais pour donner notre opinion ou établir notre expertise. Nous entendons rejeter toute idée selon laquelle nous servirions les intérêts du marché pour un gain personnel ou financier. Comme nos prédécesseurs, nous estimons qu’il est de notre devoir de promouvoir et de protéger l’héritage de Cezanne sans être aucunement redevables du marché de l’art.

            Notre troisième défi est celui qui a fait et continue de faire l’objet de nombreuses études au cours des cent dernières années, certaines plus crédibles que d’autres, c’est-à-dire attribuer des dates à chaque œuvre de Cezanne. [Comme vous le voyez ici, la date de ce tableau a été définie entre 1875 et 1890.] Maintenant que les peintures connues et les œuvres sur papier de l’artiste ont été réunies sous une même entité (le catalogue raisonné on line)[formant une sorte de parapluie], nous somme mieux à même pour les dater. Jusqu’à présent, nous avons adopté les dates de Rewald et de Chappuis, avec quelques corrections, mais une analyse en profondeur s’impose dans une confrontation de sujet et des médiums.

Grâce aux recherches touchant la chronologie de Cezanne menées par nos membres de la Société, Isabelle Cahn, Denis Coutagne, François Chédeville, Raymond Hurtu et le regretté Alain Mothe, entre autres, nous pouvons maintenant identifier de manière plus sûre non seulement le lieu où se trouvait l’artiste, mais les dates de réalisation des œuvres. Un vrai casse-tête ! Notre programme au cours des prochaines années est de republier en ligne une chronologie complète et illustrée reprenant les importantes découvertes des personnes que je viens de mentionner ainsi que les nôtres. Nul doute cependant que le sujet de la chronologie de Cezanne et les dates de ses travaux tourmenteront les érudits à perpétuité ! Comme on le sait, Cezanne est un artiste qui échappe à toute catégorie.

Un autre défi auquel nous sommes confrontés sera d’incorporer l’immense masse d’écrits, d’essais publiés au cours des 10 à 15 dernières années. Beaucoup ont montré dans des catalogues d’expositions l’influence de Cezanne sur les peintres qui le connaissaient et le suivaient ; ou se sont concentrés sur les ateliers d’artistes du Nord et du Sud, alors que de nouveaux sites de Cezanne étaient identifiés; et plus récemment se sont attachés à des aspects spécifiques de l’œuvre de Cézanne tels que ses portraits ou ses carnets de croquis et œuvres sur papier. De plus, le site Web de la Société Cezanne a publié quelque 500 articles réfléchis et bien rédigés par des chercheurs indépendants et des membres de la Société. C’est un vrai challenge pour nous : lire ces articles souvent complexes et décider les contenus que nous pouvons retenir et les conclusions spécifiques à inclure sur notre propre site web. De plus, comme notre catalogue est essentiellement une base de données, à la fois interactive et visuelle, il nécessite un format très différent de celui d’une monographie ou d’un essai d’un catalogue d’exposition. Ce matériel doit être «traduit» et synthétisé dans un format compatible avec notre système. Je suis persuadée qu’une interconnexion entre le site société-Ceznne.fr et le site catalogue raisonné on line peut être réalisée, éventuellement sous la forme de notes explicatives complètes à l’intérieur de chaque publication.

Le plus grand défi sera peut-être celui qui ne nous concernera peut-être plus directement lors de la prochaine phase de notre projet, mais qui aura un impact sur l’avenir du catalogue raisonné – bourses d’études et d’apprentissage de Cezanne. Il semblerait que les universités et leurs étudiants en histoire de l’art aient abandonné notre Cezanne. L’art contemporain, numérique et éphémère, largement inspiré par le marché, a remplacé l’étude de l’art du 19e siècle et du début du 20e siècle. Cette période de l’histoire de l’art, semble-t-il, n’est pas assez séduisante pour la plupart des jeunes. Et pourtant, le grand public a toujours soif d’expositions consacrées à l’art des XIXe et XXe siècles, et plus particulièrement à Cezanne.

La connaissance, en revanche, qui nécessite des années d’étude d’un artiste et une analyse minutieuse des œuvres individuelles, ainsi qu’un certain penchant inné, sont indispensables à notre travail. Regarder l’art avec les yeux ouverts est la base de tout notre travail. Aujourd’hui, le savoir-faire, tel qu’il est, est étayé par des analyses techniques – des tests de la toile, du coup de pinceau. Ces disciplines peuvent soutenir le savoir mais ne pas le remplacer.

Un article récemment publié [dans Business Insider] indiquait que les natifs du dernier millénaire (ceux né environ entre 1981 et 1996) par exemple, achètent de l’art en ligne sans regarder l’œuvre originale – et se tournent vers l’« art flipping » et vers l’acquisition d’art uniquement comme un investissement! Ces pratiques et ces jugements douteux sur la qualité vont certainement à l’encontre de l’examen une par une des centaines d’œuvres d’un artiste particulier qui a été le pilier des érudits du catalogue raisonné. Comme l’a affirmé à juste titre l’un de mes collègues, nous ne sommes pas disposés à accepter cet état de fait regrettable. Le savoir-faire est toujours un élément important du travail de Cezanne, et même de tout artiste, et nous devons, nous tous, essayer de susciter un renouveau.

 

            Une exception notable est le travail extraordinaire et pionnier sur les œuvres de Cezanne sur papier par Fabienne Ruppen, dont la thèse de doctorat sera publiée en ligne dans les prochains mois – et le plus tôt sera le mieux! Incorporer ses découvertes très détaillées et fondamentales dans notre base de données sera une tâche importante pour nous. Cette opération améliorera certes notre site Web, mais surtout, elle révèlera une analyse approfondie du travail graphique de Cezanne, basée sur un examen minutieux de données matérielles, techniques et stylistiques.

Tous les défis que j’ai évoqués seront sans aucun doute mis à l’épreuve et des progrès accomplis. Les avancées technologiques – encore très méconnues – seront certainement un facteur de progrès et détermineront l’efficacité avec laquelle ces avancées seront acceptées et reçues. L’avènement d’Internet à lui seul a changé notre façon de faire des recherches, et déjà des méthodes scientifiques nouvelles d’analyse des œuvres d’art apparaissent à notre horizon.

***

            Le catalogue raisonné en ligne de Cézanne est un document organique vivant, qui doit rester actif pour les années à venir, sinon il deviendra obsolète, comme la plupart des catalogues imprimés. Nous sommes donc déterminés à trouver une entité qui poursuivra ce travail vital. Le prochain Centre Cézannien de Recherche et de Documentation (CCRD) semblerait un endroit logique pour assurer la continuation et la mise à jour du catalogue, mais avant que nous puissions prendre une décision finale, le Centre doit être fermement établi avec une stratégie claire pour attirer de jeunes chercheurs dans la «famille» Cezanne.

En outre, la ville d’Aix-en-Provence – où Cézanne a passé la plus grande partie de sa vie et a peint la plupart de ses tableaux – devrait devenir le centre mondialement reconnu des études sur Cezanne. Le musée Granet, où sera exposé périodiquement le grand tableau de la Montagne Sainte-Victoire récemment redécouvert, avec une collection grandissante d’œuvres de Cezanne, le Jas de Bouffan et de la ferme, l’Atelier des Lauves et les Carrières de Bibémus, le tout sous la direction administrative de la Ville d’Aix et la direction artistique de la Société Cezanne et du Centre de Recherche devraient faire la promotion constituent aussi l’héritage l’artiste. Après tout, Paul Cezanne est l’un des artistes les plus importants du XIXe siècle et, de l’avis général, le père reconnu de l’art moderne.

Comment pouvons-nous travailler avec la Société Cezanne et le futur Centre de Recherche ? Et quelles suggestions et questions avons-nous pour aller de l’avant ?

1 – J’aimerais réitérer ici ce que M. Coutagne a exprimé ce matin lors de sa conférence sur l’une des missions de la Société Paul Cezanne et du Centre de recherche, à savoir que le travail de l’équipe du catalogue raisonné et celui de la Société Cezanne doivent nécessairement se compléter, même si nos priorités principales peuvent être différentes. Notre responsabilité principale, à nous qui réalisons leCatalogue raisonné on line est l’authentification des œuvres qui nous sont présentées. La responsabilité de la Société Paul Cezanne est de promouvoir Paul Cézanne, inscrire sa place dans l’histoire de l’art et dans la culture. L’authentification des œuvres ne peut être de son ressort. Bien entendu, certains domaines d’étude se chevaucheront et il nous appartient à tous de coordonner nos opinions individuelles et nos recherches.

2. Il est primordial de poursuivre notre collaboration et de partager ouvertement les informations. Nous travaillons tous dans le même but, celui de préserver l’héritage de Cezanne. Les membres de la Société représentent la plus grande concentration au monde d’érudits et de conservateurs de Cézanne qui ont organisé des expositions ambitieuses et stimulantes. Notre équipe du Catalogue raisonné a contribué à chacune de ces expositions en tant que consultants, auteurs, prêteurs ou en tant qu’intermédiaires entre prêteur et propriétaire. Le dialogue entre les membres de la Société et l’équipe du Catalogue raisonné doit se poursuivre comme dans le passé. Nous sommes ouverts aux suggestions et / ou corrections de notre base de données, nous y comptons en effet. Avec plus de 3 300 œuvres individuelles, 2 500 propriétaires, 2 000 expositions et 3 300 publications, des erreurs et des omissions sont inévitables.

3. Les documents d’archives, qu’il s’agisse de documents numériques, originaux ou de fac-similés, qui présentent un intérêt pour l’étude de Cézanne, devraient constituer l’une des principales sources du nouveau Centre de recherche. Nous venons d’entendre Antony Marschutz et Michela Bassu, qui représentent deux ensembles d’archives importantes. Ils ont fait apparaître les relations, d’une grande richesse, de Leo Marschutz et Lionello Venturi avec cette région. Nous ne pouvons qu’espérer, pour les documents de John Rewald, conservés à Washington, qu’ils soient également numérisés et que les archives extraordinaires d’Ambroise Vollard, conservées au musée d’Orsay à Paris, seront accessibles en ligne. Ces archives ont été exploitées au fil des ans, mais elles recèlent encore de nombreux secrets.

4. Le centre d’études devrait envisager de proposer une bourse ou un stage à un jeune étudiant qui souhaite poursuivre une carrière dans « Cezanne », en travaillant éventuellement avec un membre invité de la Société, lequel agirait en tant que mentor. Les projets spécifiques pourraient susciter suffisamment leur intérêt pour poursuivre les recherches sur Cézanne.

5. Compte tenu de notre composition internationale et de notre rayonnement mondial, le Centre de recherche et la Société Paul Cezanne pourraient également envisager de co-parrainer des colloques dans des pays ou des villes autres qu’Aix. Mon collègue, David Nash, a noté que le Japon possède un nombre considérable de peintures de Cezanne. L’Espagne n’en a qu’une ; L’Italie, la Belgique et les Pays-Bas en ont très peu ; mais la famille royale qatarie a acquis plus de 20 peintures à l’huile majeures et un nombre inconnu d’œuvres sur papier. Pour le moment, il est difficile de savoir quand, le cas échéant, ces œuvres seront présentées au grand public. Notre membre de la Société, Takanori Nagaï a organisé plusieurs colloques à Kyoto sur des sujets concernant Cezanne — et nous espérons qu’il continuera de le faire. Alors, pourquoi ne pas trouver un moyen pour la Société de célébrer la collection «cachée» à Doha avec un symposium international ?

6. Regardant l’avenir, Walter Feilchenfeldt m’a demandé de suggérer à nos collègues ici présents une approche différente de l’étude de l’art de Cézanne en repensant la question : quel était le but de l’artiste dans sa peinture ?

Depuis les années 1930, Venturi, Marchutz, Rewald et Erle Loran photographient les sites cézanniens et sont d’abord surpris par la précision de la représentation du paysage réalisée par l’artiste. Plus récemment, Pavel Machotka, Raymond Hurtu, Alain Mothe, François Chédeville et d’autres ont continué, et ils ont affiné notre regard sur les lieux spécifiques où Cézanne a installé son chevalet pour peindre. Cela nous aide à mieux comprendre ce que Cézanne a pu réellement contempler. Mais était-ce l’objectif de Cézanne : peindre ce que les photographies peuvent représenter ? Max Friedländer a déclaré: «Un artiste voit ce qu’il veut peindre et ce qu’il est capable de voir; il ne peint pas ce qui est devant ses yeux ».

On espère que la prochaine génération évaluera cet aspect artistique du travail de Cézanne. Une exposition de ses aquarelles de paysages, par exemple, serait un bon début et pourrait même répondre à la question de la motivation plutôt que du motif.

            En conclusion, je voudrais réaffirmer que The Paintings, Watercolors and Drawings, un catalogue raisonné en ligne, est vraiment l’outil fondamental permettant aux chercheurs et étudiants en art d’établir des correspondances visuelles et de poursuivre études et recherches dans des directions multiples. Ce travail de composition d’un catalogue raisonné est le fruit de plus d’un siècle d’efforts déployés par nos prédécesseurs et par notre équipe Cézanne. C’est aussi un travail en constante évolution. Il sera crucial pour la Société, et plus particulièrement pour le Centre de recherche Cézanne, de poursuivre et de faire progresser les travaux de Cézanne et de protéger l’héritage de l’artiste pour le futur. Avec la myriade de questions et de paradoxes qui entourent encore cet artiste extraordinaire, les documents ne manqueront pas.

Il sera exaltant de jouer un tel rôle dans cet avenir!

 

 

 

 

 

 

Références   [ + ]

1.Cette traduction assumée par Denis Coutagne ne peut être tenue comme la référence de l’intervention de Jayne Warman. Seule la version anglaise engage l’auteure.